[Tribune] Christelle Nadia Fotso : « Comparer Eric Chinje à Njitap, c’est comme comparer Maurice Kamto à Jean De Dieu Momo »

Dans une tribune publiée sur son compte Facebook le mercredi 14 juillet 2021, la fille du défunt milliardaire Fotso Victor fait des éloges à son beau-frère, le journaliste Eric Chinje. Elle lui demande pardon et souhaite qu’il prenne sa place de beau-fils.

Paul Eric Chinje - DR

Lebledparle.com vous propose l’intégralité du texte.

Eric Chinje, le seul beau-fils de Fotso Victor qui est beau !

Cher Eric,

Tu m’en voudras de te faire un petit mot public alors que je pourrais simplement t’appeler et te parler.  Je m’en excuse mais je vais essayer de rattraper mon indélicatesse en faisant un Atalaku classe que tu mérites pour rattraper le fait que j’ai été plus jeune trop dure et exigeante avec toi. J’avais une trop haute idée de ton épouse pour réaliser qu’indépendamment de votre relation qui ne me regardait pas, tu avais une colonne vertébrale et surtout une valeur indiscutable.  Comme mon père, je t’ai réduit au superficiel sans te voir et t’apprécier.  Pour ces erreurs qui ont coûté si chers à Fotso Victor, je te demande de nouveau et cette fois-ci publiquement de nous pardonner. 

Ce que je peux te dire pour que tu comprennes pourquoi Fotso ne pouvait pas te faire confiance est qu’il avait déjà été trahi par des personnes aussi brillantes que toi et qu’il se méfiait donc des diplômés particulièrement lorsqu’ils ne savent pas Je la dis queiser comme toi et moi et qu’ils osaient lui ternir tête en lui disant la vérité.  Papa craignait trop de se faire couillonner par des personnes aussi brillantes que lui et préférait le Diable qu'il connaissait surtout lorsqu’il parlait Bandjoun et Je la dis queisais.  Cela lui donnait l’illusion qu’il maîtrisait les choses en jouant un jeu que seul lui pouvait gagner parce qu’il se savait plus intelligent et capable d’excellence.   Tu ne parlais pas Bandjoun pour toucher son cœur et ouvrir son esprit... Eric, tu avais ta fierté et tu as refusé de joindre la longue liste de courtisans en te rabaissant…Tu as eu raison de rester toi-même et de tenir tête à Fotso. 

Si c’était à refaire, j'aurais tout fait pour te convaincre t’insister et de comprendre que Fotso était injuste, dur et même parfois méprisant et insultant parce qu’il savait qu’il avait besoin de toi, d’excellence... ses blessures et son entourage le faisaient se méfier de toi en ne te percevant que comme un énième beau-fils imparfait pour sa fille alors qu’il est anti-intellectuel de te résumer à cette union.

Eric,  si je souhaitais te faire tomber sans glisser, je te citerais le premier vers du Sonnet 116 de Shakespeare « Let me not to the marriage of true minds admit impediments » pour te faire frissonner mais mon but est de demander de prendre ta place  parmi ceux qui se réclament de Fotso.  Tu ne peux plus rester en dehors de tout ceci en sachant que tu as beaucoup à contribuer et que c’est ce que Fotso te demanderait de faire pour lui aujourd’hui. 

Pour t’en convaincre, Eric, regarde la vidéo de l’atterrissage du jet privé de la honte ramenant ce qui est censé être la dépouille de mon fils au Cameroun.  Regarde le tarmac, les chiens, les chèvres et les hyènes présents.  Regarde-les et je sais que quelque chose en toi brûlera lorsque je te dirai que quasiment toutes ces personnes moins de 3 ans avant n’avaient pas levé le petit doigt lorsqu’ils avaient été alertés que Fotso était mourant à Bandjoun incapable de marcher jusqu’à sa chambre.  Tous s’étaient tus pour attendre sa mort  et ses bénéfices.  Eric, Papa a été enterré sans être inhumé par ceux qui ont validé son Njitapage.

Donc Eric, Yacko, tu ne peux pas avoir une retraite paisible au Cameroun et vas devoir te mêler des affaires Fotso. Je rends surtout mon Atalaku public afin d’affirmer sans aucune équivoque que le seul beau-fils de Fotso Victor qui était beau et faisait le poids c’était Eric Chinje. Te comparer à Njitap c’est comparer une gazelle à une guêpe, Maurice Kamto à Jean de dieu Momo ou seulement Christelle Nadia Fotso à Je la dis que.

Monsieur Chinje, vous n’en avez pas besoin mais Maptué vous donne de la légitimité en vous confirmant que votre place est parmi nous.  Enfin, je vous compare et contrairement à beaucoup dont vos confrères journalistes fonctionnaires qui ont écrit des articles honteux pour faire passer le Nitapage de Fotso et manger, vous, toi, le beau-fils tu es resté silencieux en demeurant digne et droit dans des bottes.  Mais l’heure étant grave, Eric tu ne peux plus cacher, ne rien dire, ne rien faire, tu fais partie des héritiers Fotso. 

L’Histoire et Fotso se tournent vers toi dont le travail, la dignité, l’honneur et la virilité ont fait un fils Fotso.  Il est grand temps que tu leur répondes. Maptué n’attendra pas ta réponse, ne te permettra pas de dire non pour venir te chercher !

It’s Bastille Day, dearest Eric, you and I are condemned not solely to be free but to become the Sans-culottes of the 21st century!

Newsletter :
Déjà plus de 7000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !