in

Enlevés par des présumés séparatistes, le sous-préfet de Bamenda II recouvre la liberté mais ses collaborateurs restent en captivité

L’annonce de sa libération suite à la suite d’une intervention de l’armée a été annoncée par le gouverneur de la région.

Bamenda
Sous-préfet de Bamenda II (c) DR

Moins de 24 heures après le kidnapping de Nicholas Nkongho Manchang, sous-préfet de Bamenda II, a été libéré. Lors de la cérémonie d’installation du nouveau préfet du Donga Mantung, le gouverneur Adolphe Lele Lafrique a déclaré qu’une intervention des forces armées avait permis sa libération. Le gouverneur n’a pas donné de détails supplémentaires sur les circonstances de cette libération. Il a simplement loué le courage et le professionnalisme des forces de sécurité impliquées et a appelé la population à continuer de coopérer pour la libération des autres otages encore détenus par les séparatistes. Alors que le Chef de terre respire déjà l’odeur de la liberté, ses collaborateurs qui ont été enlevés avec lui sont toujours en captivité. Dans une sorte de cri collectif, la presse nationale camerounaise se demande ce jeudi 08 février 2024, où sont passés les collaborateurs concernés.

Pour approfondir :   VIDEO : Adèle Mbala Atangana écartée du 20h 30 de la CRTV après sa grosse erreur ?

En rappel, le sous-préfet de Bamenda II et 6 de ses collaborateurs avaient été enlevés mardi soir alors qu’ils se rendaient à Nkambe pour assister à la cérémonie d’installation du nouveau préfet du Donga Mantung. Les hommes armés soupçonnés d’être des combattants séparatistes, sont les auteurs présumés de cet enlèvement.

Une crise qui perdure

Depuis plus de 7 ans maintenant, une crise sociopolitique sévit dans les régions anglophones du Cameroun. Des combattants séparatistes, revendiquant l’indépendance d’une république imaginaire baptisée « Ambazonie », y sèment la terreur. Leur modus operandi est fait d’attaques surprises, d’enlèvements et d’instauration de villes mortes. Les hauts responsables des villes touchées par le conflit ne sont pas épargnés par ces agissements comme en témoigne, ce récent enlèvement d’un sous-préfet et de ses 5 collaborateurs.

Pour approfondir :   Pratiques contre nature au sein du RDPC : Grégoire Owona réagit aux accusations de Roméo Dika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marouaa

Maroua : la qualité des travaux de réhabilitation de la voirie vivement critiquée

University

Le Cameroun annonce un budget de 280 milliards de FCFA pour la construction des universités de Bertoua, Garoua et Ebolowa en 2025