in

Douala : deux maisons s’écroulent à Nyalla

L’incident survenu le matin du samedi 16 septembre à Nyalla-Parizo, dans le troisième arrondissement de Douala, a vu l’effondrement de deux maisons. Heureusement, cet incident n’a pas entraîné de pertes en vies humaines.

effondrement maison nyalla
Maison effondrée à Nyalla - DR

Localisation et nature des maisons

Les deux maisons étaient situées sur un terrain très escarpé. La première maison était positionée sur une bretelle desservant le quartier, tandis que la deuxième maison était construite en contrebas.

Cause probable de l’effondrement

Selon le propriétaire de la deuxième maison, nommé Tima, la première maison montrait des signes de fissures graves depuis plus de trois mois. Il est probable que ces défauts structurels aient contribué à l’effondrement. De plus, les fortes précipitations récentes à Douala pourraient également avoir joué un rôle dans cet accident.

Intervention des autorités

Le gouverneur du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, accompagné de son état-major, s’est rendu sur les lieux pour évaluer la situation et apporter son soutien aux victimes. Le gouverneur s’est réjouit du fait qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine et souhaite que cela ne se reproduise plus. Il a invité les populations résidentes dans les zones de commencer à libérer le planché avant qu’il ne fasse tard.

Cet incident met en évidence les risques associés à la construction sur des terrains escarpés et souligne l’importance de la surveillance et de l’entretien régulier des bâtiments pour prévenir de tels accidents. Heureusement, dans ce cas, il n’y a pas eu de victimes humaines à déplorer.

Pour approfondir :   Cameroun : Le PURS de Serge Espoir Matomba va prendre part au dialogue annoncé par Paul Biya

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Simho

Emmanuel Simh : « Samuel Eto’o doit devenir une icône de la gestion des hommes »

Martin Camus Mimb scandale

Martin Camus Mimb : « La libération de l’Afrique n’est pas simplement politique »