in

Martin Camus Mimb : « La libération de l’Afrique n’est pas simplement politique »

Le journaliste de sport soulève un point intéressant concernant l’organisation de rencontres de football entre des équipes africaines sur le continent africain, au lieu de les jouer en France ou ailleurs. Le prétexte de l’analyste sportif est le match amical annoncé entre le Cameroun et le Sénégal. Lebledparle.com vous propose le texte intégral.

Martin Camus Mimb scandale

PANAFRICANISME SPORTIF…

Je voudrais savoir si les chantres du panafricanisme, qui célèbrent allègrement les révolutions contre la France et sa domination coloniale, ne trouvent pas de problème à ce qu’une rencontre entre deux des plus belles sélections africaines, se dispute en France. La libération de l’Afrique n’est pas simplement politique. Elle doit s’adosser aussi sur des symboliques comme organiser les matches entre sélections africaines sur le sol africain.

Beaucoup vont pointer du doigt les fédérations sportives nationales. Mais le contexte économique ne leur offre pas beaucoup d’autres choix. À Bollaert, il y’a la billetterie sécurisée et bien payée. Il y’a les droits de retransmission et autres avantages. Or les États africains peuvent décider aussi de supporter ces charges. Le Qatar et l’Arabie Saoudite ne jouent un rôle important dans le football désormais que parce que politiquement cela a été décidé. À défaut des retombées économiques directes, il y a le marketing du pays qui est la garantie d’une belle image. Il y’a bien des Chefs d’Etat qui ont souvent fait venir les stars de la musique et du football pour leur prestige. Ce n’est pas supporter les charges d’un match Cameroun Sénégal qui peut être une mer à boire.

Pour approfondir :   Célestin Djamen : « Y'a-t-il encore, un pilote lucide dans l'avion Cameroun ? »

Maintenant je suis quand même surpris que le Sénégal qui est à l’initiative de cette rencontre décide de laisser le Stade Abdoulaye Wade, inauguré en 2022 à grand renfort de publicité pour aller en France. Qu’est-ce qui va entretenir une telle infrastructure, si ce n’est la multiplication des événements de cette envergure ? Au pire des cas, même Japoma ou Kouekong qui demandent un entretien permanent auraient pu être des points de chute. Et là les organismes comme l’ONIES( Office National des Infrastructures et Équipements Sportifs) récemment créés par le Chef de l’État, doivent laisser les vieilles habitudes d’inertie « fonctionnariale », pour devenir des organismes offensifs sur des opportunités d’organisation des matches entre sélections africaines et même européennes. Sinon, ils resteront juste budgétivores.

Un match Sénégal-Cameroun, doit être sollicité par tous les pays qui ont des infrastructures qui chôment et qui ont besoin d’entretien permanent. Mais pour cela, ils doivent améliorer beaucoup de choses dont la billetterie, des garanties fiables sur les conditions de retransmission et autres. Ils doivent surtout être connectés à toutes les agences d’organisation des événements sportifs dans le monde. Et ça, c’est un travail de professionnels. Bref, c’était une consultation gratuite. Parce que Sénégal-Cameroun, doit aussi pouvoir faire plaisir à des jeunes africains. Ça fait partie intégrante de notre combat de libération.

Martin Camus MIMB

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

effondrement maison nyalla

Douala : deux maisons s’écroulent à Nyalla

Simeon Roland Ekodo Mveng

Siméon Roland Ekodo Mveng : « Un lion indomptable du Cameroun un ambassadeur du multiculturalisme »