in

Départ de Paul Chouta : Wilfried Ekanga lave copieusement Amougou Belinga et Laurent Esso

S’exprimant sur l’exil du lanceur d’alerte Paul Chouta en Allemagne, Wilfried Ekanga parle d’un départ que les deux personnalités digèrent très mal du haut de leurs funestes projets.

Laurent Esso

Paul Chouta s’en est tiré

Lebledparle.com vous propose de lire dans son intégralité le récit rageur de Wilfried Ekanga à l’endroit de Jean Pierre Amougou Belinga et de Laurent Esso ; barré du titre « « Le rêve du Zomloa »

« Du fond de sa cellule de la prison principale, en plein Grand Dialogue National avec la Chorale Saintes Moustiques de Yaoundé, Jean-Pierre Amougou Belinga vient d’apprendre l’arrivée en Allemagne de Paul Chouta. Et c’est à ce moment qu’il se souvient de ces célèbres paroles prononcées le 4 septembre 2013 par le footballeur Franck Ribéry, avant le match qualificatif entre la France et la Géorgie : « La roue tourne va vite tourner.»

Car justement, la roue tourne vient de tourner pour le Zomloa des Mebimegnac : en effet, alors qu’il y a six mois c’était lui qui menaçait la liberté et la vie de nombreux lanceurs d’alerte à l’instar de ce pauvre Martinez et de Paul Chouta, aujourd’hui c’est ce dernier qui est monté dans le « jet privé » et s’est envolé pour Berlin, pendant que le seul véhicule où mister Mebimekoup a posé son derrière depuis février, c’est « le car qui part au SED ».

Autrement dit, la victime d’hier se retrouve libre comme l’air, pouvant aller et venir dans et hors de son pays à sa guise, tandis que l’ex saigneur des saigneurs partage sa chambre avec des moûts-moûts mutants. Et on me signale à l’antenne qu’il ne sortira pas de là avant 2059.

Pour approfondir :   Cameroun : les syndicats souhaitent augmenter les prix des transports

Quand Laurent Esso aura 116 ans

Bref… Pendant que Vision 4 Ordures vit ses derniers instants et que Bruno Bidjang hésite encore entre finir comme son Zomloa ou comme Mobutu (Néron et Caligula), on découvre que c’est Reporters Sans Frontières qui a permis à Paul Chouta d’obtenir sa bourse de travail et de voguer vers d’autres cieux. La même ONG qui était qualifiée par la chaîne aux 4 neurones de secte obscure et de groupuscule manipulé, quand elle communiquait les révélations de Justin Danwe, le sous-fifre du Cannibale.

Le 23 avril 2023, le journaliste Arnaud Froger était pourtant revenu sur le plateau de l’extraordinaire Guy Zogo, et avait martelé que la crédibilité de ses sources ne souffrait de rien, mais la poubelle télévisuelle de Nsam persistait dans l’odontolisme médiatique.

Et aujourd’hui, voici qu’Amougou Belinga lui-même donnerait tout pour intégrer Reporters sans Frontières. La roue tourne continue donc de tourner. Actuellement, il songerait même à leur demander sa part de bourse. Car comme le disait le célèbre philosophe moundang Albert Einstein : « Le Ndock c’est le courage.»

Pour approfondir :   Kylian Mbappé demande des explications à Paul Pogba

Souhaitons-lui bonne chance. Car l’espoir fait vivre.

Le souci, c’est que les moustiques aussi espèrent qu’il restera avec eux en cellule. Car c’est de ça qu’ils vivent.

En conclusion, on retient que l’Europe n’est pas le Paradis, sauf quand tu as essayé de draguer Chantal Biya dans ton journal « l’Assassinote » plus que son propre mari ne l’a draguée autrefois, mais qu’elle a quand même fait la sourde d’oreille et que tu as fini par comprendre qu’il te restait 36 ans d’emprisonnement + 35 ans de temps additionnel.

En ce mardi 23 mai 2023, le Zomloa des Zomloa serait prêt à intégrer le MRC si cela pouvait lui permettre d’arriver à Berlin, de préférence avec Mélissa dans ses bagages. Ce qu’il a oublié, c’est que les chéris de Mélissa ont toujours un problème. Allez demander à « Petit Sako », il vous parlera de François. De toutes les façons… Bonne arrivée, cher Paul Chouta. » a-t-il écrit sur sa page Facebook certainement au grand désarroi d’Amougou Belinga et de Laurent Esso.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blinken

Cameroun – Crise anglophone : Les 4 vérités du Département d’Etat américain

petit pays1

Management de Petit pays : « le Cameroun n’est pas un pays de musique »