in ,

Coupe Du Monde De Football Qatar 2o22: La participation du Cameroun.

Maurice Feuzeu

Des deux cents dix  (210) équipes nationales des pays du monde qui ont pris part aux phases éliminatoires de qualification à la coupe du monde QATAR 2022, le Cameroun a réalisé la prouesse d’être parmi les trente-deux (32) nations qui joueront la phase finale en novembre prochain.

L’ambition  du Cameroun comme celle de tous les pays participants à cette phase finale est de revenir au bercail avec le trophée de la compétition. Le très puissant  Président de la Fédération Camerounaise De Football (Fecafoot) monsieur Samuel Eto’o Fils l’a d’ailleurs bien fait savoir au staff technique et aux joueurs de notre sélection: ” nous allons à cette compétition pour livrer sept (7) matchs” qui signifie atteindre la finale.

Si jusqu’à l’heure aucun pays d’Afrique n’a réalisé cet exploit, le rêve est tout de même permis quand on regarde loin en arrière les prouesses de notre sélection nationale: 1982 en Espagne, le Cameroun est à sa première participation et termine la phase de poule sans défaite; 1990 en Italie, le pays est éliminé en quart (1/4) de finale dans la phase des prolongations contre la grande équipe d’Angleterre ayant battu l’Argentine de Diego Armando Maradona en match d’ouverture de la compétition. Pourtant il y a aussi eu des participations honteuses comme celles 1994 aux USA avec la valise contenant les primes des joueurs perdue dans le ciel de Londres ; 2002, Corée/Japon où le problème des primes a encore empoisonné l’ambiance dans la tanière ; 2010 en Afrique du Sud en terre africaine et 2014 au Brésil polluées par les problèmes de leadership au sein du groupe.

S’il faut s’inspirer des leçons du passé pour mieux préparer l’avenir, nous allons nous demander pourquoi en 1982  et en 1990 les choses ont marché ?

1) Ces années-là, le championnat national était bien organisé, régulier et très compétitif avec des clubs biens structurés dont deux ou trois fournissaient à eux seuls les joueurs de l’équipe nationale permettant de résoudre facilement les problèmes de système de jeu de cohésion et d’automatisme.

2)La quasi-totalité des joueurs de la sélection étaient issus du championnat national donnant ainsi la latitude et la liberté à l’encadrement technique de faire des regroupements et de mettre en place un programme de préparation en toute indépendance contrairement à aujourd’hui où la sélection est entièrement composé des athlètes évoluant à l’étranger dont la disponibilité dépend du calendrier FIFA (comme dans le cas de l’exploitation de nos richesses du sous-sol où  nous dépendons du bon vouloir et du timing de l’extérieur ) : Pour exemple, en 1990, l’entraîneur russe avait regroupé les joueurs en stage bloqué pendant plus d’un mois avant le démarrage de la compétition, il en est de même pour l’entraîneur Jean Vincent en 1982.

3) En 1982 et 1990 nos athlètes mettaient le drapeau national plus en avant que les primes (l’intérêt général au-dessus des appétits individuels).

4) En 1982 et 1990 nos athlètes étaient imprégnés des valeurs traditionnelles de respect envers les aînés dans la profession et le sens de responsabilité pendant les missions difficiles (ils savaient mouiller le maillot).

Le contexte n’est plus le même aujourd’hui, les choses ont beaucoup changé et bien des valeurs ont disparus, on parle de plus en plus de football business: Est ce que les pays africains et le Cameroun en particulier ont les moyens pour suivre ces nouvelles voies de développement du football dans un environnement de très forte précarité  avec un secteur privé à l’agonie incapable d’accompagner le mouvement sportif en général et un État qui a d’autres priorités que l’épanouissement des sportifs ?

L’équipe nationale de football du Cameroun dans la situation actuelle peut-elle remporter le trophée de la Coupe du monde Qatar 2022 avec une industrie du football local en lambeaux (un championnat professionnel mort-né, un championnat amateur en mode “air peut-être”, des centres de formation tenus par des “négriers”,…), en perte totale de créativité et de vision dont l’appât du gain est la seule source de motivation des acteurs et la manipulation de l’opinion leur ruse?

Et si par miracle cela se faisait à quoi ça nous servirait ?

Bon samedi

KEMGANG FEUZE Maurice

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ntimbane Vahid

Christian Ntimbane Mbomo propose de virer rapidement Song avant le mondial et de le remplacer par Vahid Halilodzhic

indomptables lions 1

Jean Crépin Nyamsi: « La consigne du coach pour ce match n’était pas la victoire »