in

Cameroun : L’historien du footbal Claude Kana s’exprime sur les conflits récurrents Fecafoot-Lfpc

Fecafoot Fifa

Plus personne ne sait plus exactement depuis combien de temps les instances de football du Cameroun sont engluées dans des guerres de tranchées, des conflits d’égos, des prises de position intéressées, et des bisbilles interminables. On a connu plusieurs comités de normalisations, des toilettages des textes, des élections contestées, des comités de réflexion… Hélas, rien n’y a fait. Que ce soit devant les instances nationales ou devant le tribunal arbitral du sport, les prétoires sont devenus l’unique lieu d’expression des instances administratives du football camerounais. 


Fecafoot Fifa
Fecafoot-Fifa – DR

J’avais juré de ne plus jamais chercher à savoir ni ce que la Fecafoot reproche à la Ligue professionnelle, ni pourquoi et comment elle a été dissoute. Mais la dernière sortie du Président de la Fecafoot qui expliquait que « Depuis 2015, nous sommes à 930 millions de dépenses pour des procédures judiciaires, […] il faut que tout cela s’arrête », on ne peut pas rester insensible. Sauf que la guerre se poursuit ! De plus belle encore. Allez dont comprendre pourquoi un Général, qui va bientôt sur ses 90 ans, se croit indispensable et ne peut pas aller en retraite, après plus de 60 ans d’armée. De même, pourquoi le Fecafoot, de manière subtile n’aurait-elle pas laissé le Président de la Ligue finir son mandat pour le déposer après ? Je n’en sais rien, et je ne suis même pas sûr de vouloir tout comprendre, tellement c’est complexe. Et l’intérêt général dans tout ça !

Pour approfondir :   Benjamin Zébazé : « Babette Ahidjo savait se montrer exemplaire »

Toujours est-il que la Fifa dit avoir appris la mise sur pied d’un groupe de travail par le ministre des Sports, en vue de suivre l’application de la sentence rendue le 14 septembre 2020 par la TAS et rappelle qu’une telle situation expose le Cameroun à une suspension. C’est ce qui ressort de la correspondance adressée à la Fecafoot le 8 octobre 2020. Faut-il une Commission pour appliquer une décision de justice ?

Au regard de cela, Véron Mosengo-Omba rappelle que les associations membres de la FIFA sont statutairement tenues de gérer leurs affaires de manière indépendante et sans influence des tiers. Tout manquement à ces obligations peut entraîner des sanctions, pouvant aller jusqu’à la suspension pure et simple de l’association membre concernée. Au cas où le Groupe de travail du ministre des Sports influencerait les décisions prises par la Fecafoot au cours de son assemblée générale du 25 septembre 2020, la Fifa prévient qu’elle se trouvera obligée de suspendre purement et simplement le Cameroun.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Depuis sa cellule, Michèle Ndoki réagit à la condamnation d’Ayuk Tabe

Comment imaginer que pour un pays qui va abriter en janvier 2021 la sixième édition du Chan, le championnat d’Afrique des Nations, et la Can en janvier 2022, depuis plus de dix ans, on n’ait plus vraiment eu le temps de parler de football, d’organiser un championnat digne de ce nom, de s’occuper de la formation et du football des jeunes, du football féminin ? Peut-être que face à ce cancer qui se prolifère, il faudra un jour accepter la solution ultime, une suspension en bonne et due forme de deux ans pour tout reconstruire depuis la fondation.

Claude Kana

Historien du football


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Amba Cam

Cameroun : Après le reportage sur l’autoroute Yaoundé-Douala, Patrice Amba Salla s’indigne de France 24

M Kamto

Maurice Kamto traîne l’Etat du Cameroun en justice