in

Boris Bertolt : « Maurice Kamto a besoin d’une armée de résistants fidèles et soudés »

Boris Bertolt : « Maurice Kamto a besoin d’une armée de résistants fidèles et soudés »

La résistance pacifique nationale lancée par le MRC semble battre de l’aile. Certaines personnes pensent qu’il faut arrêter avec et penser à libérer Kamto. Boris Bertolt s’inscrit en faux et demande une union sacrée autour de Maurice Kamto pour la poursuite de la résistance. Lebledparle.com, vous propose l’intégralité du texte de l’influenceur web.


Boris Bertolt : « Maurice Kamto a besoin d’une armée de résistants fidèles et soudés »
Maurice Kamto – capture photo

Les tontinards doivent être une armée de résistance nationale

Chers camarades de lutte. La résistance n’est pas un jeu pour enfants gâtés. La résistance n’est pas une partie de plaisir. La résistance n’est pas un lieu où des gens en quête de notoriété et de reconnaissance sociale doivent s’exhiber. Nous sommes en lutte. Pour faire simple en guerre.

Ceux qui sont en face de nous ne sont pas des enfants de cœur. Voilà huit mois que Maurice KAMTO, les membres de la coalition et 300 prisonniers politiques sont en prison. Ces gens ne jouent pas. Ils sont en guerre et ils le savent. C’est pourquoi ils sont déterminés et soudés.

Dans une armée, il y a un chef d’état-major des armées, des généraux, des officiers supérieurs, des sous-officiers et la troupe. Le chef d’Etat-major de l’armée de résistance nationale c’est Maurice. Les généraux constituent les membres de la coalition, les officiers supérieurs les responsables du MRC, les sous-officiers tous ceux qui ont une influence et la troupe se sont les militants et sympathisants. Notre force réside dans la capacité de notre armée à rester soudée et à défendre nos positions.

On ne peut pas se permettre d’accepter qu’un seul général, officiers supérieurs ou sous-officier tire sur la troupe. C’est impossible une armée c’est la rigueur. Même sur le front de bataille, quand un soldat retourne les fusils contre ses collègues il est directement neutralisé. Car s’il n’est pas neutralisé il va créer beaucoup de dégâts.

Contrairement à ceux qui pensent dans cette résistance nous devons laisser que certains attaquer les combattants ou la troupe sous prétexte que cela nuit à la résistance, nous avons le devoir de les neutraliser. Car si on les laisse ils vont finir par tirer même sur le chef d’Etat-major des armées en l’occurrence Maurice KAMTO.

Regardez les Sardinards. Vous pouvez tout leur dire mais difficilement vous les verrez s’attaquer à Biya ou à ceux qui ont jeté KAMTO en prison. Non. Ils fonctionnent comme une armée. Et eux ils utilisent la justice, l’argent du contribuable, l’armée, la police pour se maintenir au pouvoir. Pourquoi nous devons tolérer les attaques contre nous ? Jamais.

Maurice KAMTO a besoin d’une armée de résistants fidèles et soudés. Lorsqu’un individu attaque l’armée nous devons rapidement prendre des mesures conservatoires pour le neutraliser. Car si quelqu’un tire contre camp soit il travaille pour l’ennemi, soit il fait le jeu de l’ennemi, soit il joue sa carte personnelle.

Des vies sont en jeu dans cette affaire. On ne gagne pas une guerre en jouant aux enfants gâtés ou aux bébés au lait. Ne soyez pas surpris, certains attaqueront en la résistance, d’autre vont officiellement rallier le camp d’en face. Notre travail en tant qu’armée de résistance nationale est de protéger Maurice KAMTO et les résistants par tous les moyens.

Insultez Boris BERTOLT comme vous voulez mais ne touchez jamais à Maurice KAMTO et aux résistants. A ces moments vous serez neutralisés.

Boris Bertolt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Crise anglophone : Paul Atanga Nji distribue les kits scolaires aux déplacés internes de la région du l’Ouest

    Crise anglophone : Paul Atanga Nji distribue les kits scolaires aux déplacés internes de la région du l’Ouest

    Crise anglophone : Le cri de Mouelle Kombi pour le retour de l’école au Nord-Ouest et Sud-Ouest

    Crise anglophone : Le cri de Mouelle Kombi pour le retour de l’école au Nord-Ouest et Sud-Ouest