in ,

MMA : le Predator s’explique sur sa rupture de contrat avec l’UFC

Francis Ngannou dévoile les raisons qui l’ont poussé à rompre avec l’Ultimate Fighting Championship et évoque son avenir dans la foulée. 

FB IMG 1674036319737

Le Predator sort (enfin) du silence. Depuis la fin de semaine dernière où le monde a appris sa fin de contrat avec l’UFC, l’ancien détenteur de la ceinture de champion chez les poids lourds livre les raisons qui l’ont poussé à ne pas revouler de contrat. Libre de s’engager où il veut désormais, il évoque dans la foulée ses perspectives d’avenir de carrière.

Lebledparle.com vous donne l’intégralité de ses propos relayés par Passion MMA.

« Je n’ai rien fait de mal, j’ai pris ma décision en fonction de mes principes. Si je m’en tiens à mes principes, je me sens bien à la fin de la journée.

A l’UFC, j’avais l’impression d’avoir été giflé avec de l’argent. Comme un « Prends l’argent et tais-toi ». Cela n’a pas fonctionné avec moi… Je voulais juste qu’ils sachent ce que je voulais et qu’ils y réfléchissent. Ils ont dit non, ils ne connaissent pas ce genre de business… À ce stade, l’assurance maladie pour moi n’est pas un problème, mais qu’en est-il des gars en bas ? Ils ne peuvent pas vraiment se payer une assurance maladie. Et j’ai été à ce niveau-là, donc c’est quelque chose que je garde dans mon cœur.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du mardi 2 avril 2024

Je ne prends rien de tout cela de manière personnelle. Je pense que je suis arrivé à un moment de ma vie où je suis tranquille. Je passe outre tout cela, j’en ai déjà tant vu dans ma vie, Dana ne peut pas me blesser… Dire des choses ne peut pas me faire de mal. D’où je viens, j’ai entendu bien pire que ça et pourtant je suis toujours là.

Et ce que j’ai aussi appris, c’est de ne jamais dire jamais. Peut-être que j’aurais un combat de boxe, je ne sais pas. Mais ce que je sais c’est que cela doit être selon mes termes.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Le Kenya demande des comptes au Cameroun sur la mort de son ressortissant dans le Sud-ouest.

J’espère… que ce sera au plus tard en juillet. J’espère. Mais au moins cette année. Mes tripes me disent que cela sera de la boxe. Un combat professionnel de boxe. Je dois encore décider et je ne sais pas encore où ni contre qui. Je suis en train d’y travailler…»


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

revue de presse

Cameroun : La revue de presse du mercredi 18 janvier 2022

FB IMG 1674061917028

Cameroun : le journaliste Martinez Zogo enlevé à son domicile, Calixthe Beyala réagit