in

Auréole Tchoumi : « Adalbert Messi de Vision 4 mérite une radiation du corps de la presse »

Aureole Tchoumi ltm

Au cours de l’émission Club d’élites du dimanche 16 octobre 2022, Adalbert Messi, journaliste à la rédaction centrale de Vision 4 a produit un éditorial sur le président national du MRC, Maurice Kamto avec des mots durs à son endroit après son annonce lors du meeting d’installation des responsables de son parti zone Littoral 2 de son intention de participer aux prochaines échéances électorales. Ce papier a ému plus d’un à l’instar du journaliste Auréole Tchoumi. Il pense que le rédacteur de l’éditorial doit être radié de la profession. Bien plus, que le support médiatique qui l’emploie doit être sévèrement sanctionné et il voir une professionnelle de la part de Bruno Bidjang qui n’aurait pas été au courant de ce papier avant son passage à l’antenne.

Lebledparle vous propose le texte intégral

C’est une faute professionnelle lourde.

Vision 4 devrait être sanctionné avec la dernière énergie. Le traitement de l’actualité sous le prisme d’une charge incroyable contre le Pr Maurice KAMTO ne s’inscrit dans aucun genre journalistique qui soit au monde.

En journalisme on distingue trois genres:

– Les genres d’information

– Les d’opinion

– Les genres mixtes.

Le Pr Nta A Bitang, Enseignant émérite (mon enseignant en 2007), aujourd’hui Maître de Conférences à l’ESSTIC et le Dr François Marc Modzom, Chargé de cours à l’ESSTIC et Journaliste de classe exceptionnelle ont commis un ouvrage intitulé  »Manuel de Bonnes pratiques de journalisme ». Je m’en sers depuis des années pour compléter la formation de mes étudiants de niveau 2 en BTS. Bruno Bidjang devrait, s’il ne l’a pas encore fait, savourer cet ouvrage.

Pour approfondir :   Fecafoot/LFPC: le General Pierre Semengue ne désarme pas

Les genres d’opinion (Billet – Chronique – Commentaire – Éditorial), même s’ils sont censés  »orienter le lecteur », sont astreints aux principes de base du journalisme : sacralité des faits, interdiction de l’usage des qualificatifs dévalorisants etc.

Faire un reportage dans lequel on traite un homme politique de/d’ :  »espèce »; « dieu vivant »;  »maladroit tireur de pénalty »; « prestidigitateur au sommet de son art »;  »vendeur d’illusion patenté devant l’Éternel »;  »mythomane »;  »lugubre personnage »;  »hors-la-loi »;  »noctambule politique »;  »homme au fantôme destin présidentiel »; « gourou »;  »individu »… et que cet élément soit diffusé dans la tranche la plus suivie de l’antenne, je le dis d’autorité, il ne faudra inscrire cet élément dans dans aucun genre journalistique qui soit. C’est le quartier carrément, tout sauf du JOURNALISME.

Que Bruno Bidjang fasse couper le reportage et annoncer que  »c’est dur, je le reconnais, c’est vraiment dur… », ne change rien. Il traduit juste un manque de préparation et avoue qu’il n’a pas écouté les éléments de son émission avant sa prise d’antenne. C’est un fait grave qui mérite une sanction disciplinaire conséquente. Je propose une suspension de trois mois pour Bruno.

Ce journaliste quant à lui, mérite une radiation du corps de la presse. Je ne parle ni d’avertissement, ni de blâme, ni d’autre sanction disciplinaire atténuante. Vision 4 devrait le virer et il devrait se convertir à autre chose. Vous avez suffisamment trahi le journalisme dans ce pays.

Pour approfondir :   Jean Paul Choun Nyat porte au Directeur d’exploitation d’Equinoxe

Patriarche Président Amougou Belinga, on ne saurait tolérer toute une vie autant de dérives.

Les professionnels ne peuvent être au quartier lorsque des amateurs écument l’antenne d’une chaîne qui a tout pour devenir la meilleure d’Afrique. Une antenne n’est ni le lieu indiqué ni le canal pour régler des comptes contre des hommes publics. On peut dans un jargon  journalistique contrarier le Pr Maurice KAMTO, de manière à ce qu’il ne sache par quel bout se positionner pour répondre, ou alors de manière à ce que ses suiveurs comprennent qu’il leur perd du temps, mais dans les règles de l’art.

La Télévision, c’est un espace de marketing. La Télévision, c’est un canal de création de la valeur. La Télévision, c’est le socle de promotion d’une idéologie, d’une vision éditoriale. Mais ça se fait avec subtilité et élégance, et seuls les professionnels en sont capables. Malheureusement, nous sommes au quartier et les jeunes débrouillards à l’antenne.

C’est une dérive de trop, inacceptable, insupportable…

Auréole Tchoumi Officiel

Journaliste diplômé

Enseignant Vacataire des Universités privées

Consultant Médias

Entrepreneur

Acteur politique

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inondation Extreme Nord

Inondations à l’Extrême-Nord : Le MRC exhorte le gouvernement à prendre sérieusement ses responsabilités

Desire Sikati Me

Me Sikati Désiré : « Vision 4 doit disparaitre après la chute de la dictature »