in

(Tribune) Maurice Kamto : du plan de résistance national à la présidentielle de 2025

Dans une tribune publiée sur Facebook, le journaliste en exil Michel Bien Tong mène une réflexion pour montrer que Maurice kamto s’est rapproché du régime en vendant sa lutte. Le prétexte de cette publication prend corps sur la polémique née sur la toile au sujet de la présence du leader du MRC au palais de l’unité la semaine dernière. Lebledparle vous propose le texte intégral.

Maurice Kamto
Maurice Kamto président du MRC, candidat malheureux des élections 2018 (c) Facebook, Maurice Kamto

L’affaire de la présence récente du président du parti d’opposition MRC au palais présidentiel d’Etoudi continue de faire des gorges chaudes sur la toile. Alors qu’une bonne partie de l’opinion ose croire que l’opposant Kamto, à travers ce tour au palais de l’Unité, se rapproche de plus en plus du pouvoir en place, ses militants continuent de croire que Kamto reste droit dans ses convictions politiques malgré sa visite au palais d’Etoudi, que le palais présidentiel n’appartient pas à Paul Biya mais aux Camerounais (ce qui, au regard des faits, est inexact), qu’il s’y est rendu pour déposer un courrier relatif à une affaire pendante devant la Cour internationale de justice, etc…

Quelque soit le bout par lequel on saisit cette actualité, nul analyste objectif et dépouillé de tout fanatisme ne saurait perdre de vue que depuis l’année 2021, Maurice Kamto non seulement se défait progressivement de la logique de lutte contre le vol de sa victoire à l’élection présidentielle dans laquelle il est inscrite depuis octobre 2018 mais aussi embrasse les institutions électorales taillées à la mesure du dictateur Paul Biya et de sa voyoucratie. Remontons simplement le temps pour rafraîchir la mémoire à certains qui ne jurent que par lui:

Mars 2021 : Après avoir été placé en résidence surveillée pendant 3 mois suite à l’appel aux marches du 22 septembre 2020, Maurice Kamto se joint à des leaders de l’opposition parlementaire pour une proposition de révision du Code électoral à adresser au gouvernement.

Pour approfondir :   André Luther Meka à Ernest Obama: « Celui qui t'envoies te dédire, scelle ton incompétence»

Juillet 2021 : Alors que le 3 juillet, la diaspora camerounaise a organisé une grande marche à Paris pour demander le rétablissement de Kamto dans son pouvoir obtenu par les urnes, ce dernier, dans un communiqué, invite ses partisans à « se préparer à des échéances politiques futures » après avoir félicité les organisateurs de la manifestation.

Mars 2022 : Maurice Kamto prend part au congrès de l’UNDP comme invité. A La Tribune du palais des Congrès, il ne tarit point d’éloges à l’endroit de son président Bello Bouba, ministre inamovible de Paul Biya.

Octobre 2022 : Lors d’un meeting d’installation des cadres nouvellement élus du MRC à Nkongsamba, Maurice Kamto annonce que son parti ira aux élections de 2025 où avant. Avec le même code électoral taillé sur mesure et la crise anglophone qui continuent de battre son plein. Il s’agit là des causes du boycott par le parti de Kamto des élections législatives et municipales de 2022.

Décembre 2022 : Au cours d’un autre meeting à l’esplanade du stade de Japoma à Douala, Kamto annonce que son parti ira aux élections même sans Code élection. Ce qui signifie que la révision du Code électoral n’est plus une préoccupation pour Kamto.

Pour approfondir :   Paul Biya : « Je vous demande de travailler avec acharnement et abnégation pour mériter toujours la patrie »

Il va de soi, au regard de ce qui précède, que non seulement Maurice Kamto a jeté le combat contre le hold-up électoral aux oubliettes mais aussi il est convaincu à 100% que lui tout comme son parti peuvent gagner des élections organisées par la dictature de Paul Biya. Ce qui est pour le moins irréaliste.

La présence de Maurice Kamto au palais présidentiel d’Etoudi, quelles qu’en soient les raisons avancées, démontre à suffire que ce dernier ne se considère plus comme un président élu et reconnaît la légitimité de Paul Biya qu’il a naguère contestée, ainsi que des institutions qu’il incarne. De plus, si l’on admet que Kamto s’est rendu au palais d’Etoudi pour y laisser un courrier relatif à sa plaidoirie pour un client à la Cour internationale de justice, cela suppose que pour la pègre qui dirige le Cameroun, Kamto est un homme fréquentable et ne représente plus une quelconque menace politique pour elle. Aussi simple que ça !

Michel Biem Tong, journalist

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Capture 8

Cameroun : La revue de presse du jeudi 29 décembre 2022

CA universite bertoua

Université de Bertoua : Le budget pour 2023 est de 3,496 milliards de F cfa