in

Youssoupha Moukoko reçoit des excuses de Shalke 04 après des insultes racistes et des menaces de mort

Youssoupha Moukoko reçoit des excuses de Shalke 04 après des insultes racistes et des menaces de mort

Auteur d’un triplé dimanche avec les U19 de Dortmund contre Shalke 04, le Germano-camerounais avait fait les frais d’attaques racistes. Le club allemand a fait son mea culpa dans la foulée.

Youssoupha Moukoko reçoit des excuses de Shalke 04 après des insultes racistes et des menaces de mort
Yousoupha Moukoko (c) Droits réservés

Youssoufa Moukoko à Dortmund est passé par toutes les émotions le 18 octobre dernier. Auteur d’un triplé dans le derby junior qui a opposé le Borussia Dortmund à Schalke 04, le jeune prodige d’origine camerounaise aurait bien pu savourer sa énième prestation de grande classe si les supporters du club perdant ne s’étaient pas invités.

Ces derniers lui  ont en effet ouvertement lâché des insultes, des promesses de bastonnade et même des menaces de mort.

Des débordements à la suite desquelles, la direction de Schalke a tenu à s’excuser. « Nous ne pouvons que nous excuser. Nous condamnons tout cela de la manière la plus vive. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires à l’encontre des fautifs », lit-on dans ce communiqué.

Malgré son jeune âge, il est annoncé comme un phénomène en devenir depuis quelques années déjà. Et ce ne sont pas ses dernières performances qui vont calmer les plus enthousiastes. Youssoufa Moukoko, 15 ans et 11 mois (il fêtera son 16e anniversaire le 20 novembre), vient d’inscrire son troisième triplé en trois mois. Il attend de fêter ses 16 ans le 20 novembre pour faire ses grands débuts en professionnels avec son club formateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Paul Biya annule la collecte numérique des taxes sur les téléphones

    Paul Biya annule la collecte numérique des taxes sur les téléphones

    Côte d’Ivoire : la Cedeao appelle au "dialogue"

    Côte d’Ivoire : la Cedeao appelle au “dialogue”