in

[Tribune] Ekodo Mveng : « On peut être en désaccord en politique sans pour autant chercher à ruiner la dignité de l’autre »

Dans un texte publié sur Facebook le lundi 26 décembre 2022, l’analyste politique Siméon Roland Ekodo Mveng s’invite dans la querelle entre Armand Noutack et ses amis politiques du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Il explique les fondements de point de vue de chaque partie en discussion et abouti à la conclusion que le désaccord politique ne saurait être un lieu d’absence d’éthique.

hommes politiques cameroun

Les querelles du jeune Armand Noutack avec les partisans et cadres du parti de Maurice Kamto rendent floue et compromise la carrière de l’enseignant de Lycée dans cette formation politique.

Tous ont un peu raison à la vérité.

Les militants et sympathisants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ont certainement raison de critiquer ce qui apparaît comme la duplicité et la roublardise politiques d’Armand Noutack.

Du point de vue de la rectitude morale et de la cohérence, tu ne peux pas t’identifier au même moment au 9 de Maurice Kamto, leader de l’opposition radicale et en même temps se dire soutien inconditionnel de Samuel Éto’o qui lui fût un prescripteur électoral de Paul biya en 2018 et qui a ramé contre-courant en disant qu’il mange le Soya paisiblement à Limbé en zone anglophone. Une phrase qui discute subtilement l’idée de conflit armé et qui rame à contre-courant d’un des points forts du parti qui a demandé le retour à paix au NOSO, en payant d’ailleurs le prix des incarcérations de ses militants à défaut d’insulter la misère de ceux qui ploient sous une pluie de plombs.

Aussi, le fait que Armand Noutack qui signait d’abord par le 9 de MK et qui s’identifie aujourd’hui par le sobriquet “petit fils des ancêtres Bamengoum” ou par le bouclier de SEF selon l’identifiant que les résistants et militants du MRC lui prêtent peut signifier en partie qu’il a retiré son soutien au leader Maurice Kamto,et que cette signature est incompatible avec son nouveau positionnement auprès de Samuel Éto’o un proche du régime.

Autre chose, dans l’analyse des scénarios de l’alternance, et même si l’ancien capitaine des Lions indomptables ne roulait plus pour le parti au pouvoir après le départ du président actuel à qui il a dit être fortement redevable, certains militants éveillés du MRC voient en Éto’o Fils, un concurrent politique immédiat dans la course d’investiture.

Comme un candidat potentiel au trône du fait de sa grande popularité. Motif aussi de ce que, le nouveau champion de l’enseignant Noutack, n’a jamais exploité son aura international pour dénoncer officiellement les tares de gouvernance; et dont la démarche parfois populiste dans l’espace public, la proximité avec les chefs traditionnels et les forces de l’ordre ne peuvent être perçus que comme un itinéraire de légitimation et donc une menace pour la position prestigieuse du MRC.

En revanche, Armand Noutack a raison sur certains points.

D’abord, de penser qu’on peut être opposant radical tout en saluant les acquis et les réformes de Samuel Éto’o à la Fecafoot ou de tout autre individu, y compris si ce dernier est proche ou du parti au pouvoir. Cela participe de l’honnêteté intellectuelle et de sa perception de l’éthique du changement que certains militants du MRC se revendiquent sans pratiquer.

Armand Noutack l’ancien camarade de Cabral Libii à qui on prête des projections matérialistes auprès de Samuel Éto’o a aussi raison de dire que les camerounais devraient se parler. Et qu’on ne peut pas éternellement cristaliser le débat politique sur la haine, les fakes et la stigmatisation parfois ethnique comme le font certains de ses camarades du parti d’Odja.

C’est donc un appel à plus de responsabilité, à la décompression du climat politique, au dialogue relaxe et fraternel sans injures, et respectueusement mutuel avec tous les autres citoyens ; même si les militants du MRC estiment non sans fondement que le régime qui use souvent de la force ainsi que certains camerounais foncièrement malicieux ne comprennent pas ce langage de politesse dans le contexte actuel.

Armand Noutack dit aussi vrai, qu’il faut indépendamment de nos bannières politiques supporter le drapeau quand on est en conflit avec les autres nations.

Et que nous devons protéger et accompagner tous ceux qui s’essayent bon gré malgré au Cameroun. Notamment les icônes comme Samuel Éto’o à qui on ne peut pas, en toute objectivité imputer toutes les fautes du régime ainsi que tous les dysfonctionnements du pays.

Ce débat de dissension au sein de ce parti aurait donc pu être mené sportivement sans invectives jusqu’à ce qu’il commence à voler un peu bas à travers des révélations de confidences et autres statuts visés.

Pour ma part, on peut être en désaccord en politique ou dans la vie, sans pour autant violer les clauses de confidentialité de nos anciens amis ou même chercher à ruiner la respectabilité et la dignité de l’autre.

Siméon Roland Ekodo Mveng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

as awa fc win guinness super league 2021

Football fémin : La FECAFOOT baisse le salaire des joueuses de la Guinness Super League

Calixthe Biographie Calixthe Beyala parcours d'une dame de fer

Calixthe Beyala : « Je n’ai jamais écrit au Président Paul Biya pour lui demander un poste »