in

Siméon Roland Ekodo Mveng : « il faut encourager André Onana à faire la paix avec Song et Éto’o »

L’analyste sportif Siméon Roland Ekodo Mveng réagit à la sortie d’André Onana après la publication de la liste des joueurs pour le match contre le Burundi. Il encourage Onana à faire la paix avec Samuel Éto’o et Rigobert Song, tout en soulignant l’importance de la discipline et du respect envers l’entraîneur.

Onana Song

Dans une publication sur Facebook datée du 29 août 2023, Siméon Roland Ekodo Mveng, un analyste sportif, réagit à la récente sortie d’André Onana sur Instagram après la publication de la liste des joueurs sélectionnés pour le match contre le Burundi le 12 septembre prochain.

Réconciliation avec Éto’o et Song

Siméon Roland Ekodo Mveng encourage André Onana à trouver une résolution pacifique dans la querelle qui l’oppose à ses aînés Samuel Éto’o et Rigobert Song. Il affirme que les conflits font partie de la nature humaine et suggère que faire la paix serait bénéfique pour tous. Il rappelle que ces figures ont contribué à la réalisation du rêve d’Onana et qu’il devrait leur être redevable. « Au lieu d’envenimer la querelle il faut plutôt encourager André Onana à faire la paix avec ses grands frères Song et Éto’o. Le conflit est consubstantiel à la nature humaine. Et même  s’il a été objectivement frustré par son exclusion et la lettre de la fédération il reste redevable à titre personnel à Samuel Éto’o et à magnang qui lui ont permis de réaliser son rêve », écrit l’observateur sportif.

Arrêter le bras de fer

Jean Crépin Nyamsi, dans un autre commentaire, exprime son refus d’utiliser un langage diplomatique pour aborder le comportement d’André Onana. Il lui conseille d’arrêter rapidement son bras de fer avec la hiérarchie et de mettre fin à son indiscipline. « Je refuse d’utiliser le langage diplomatique concernant le gardien André Onana. Qu’il arrête rapidement de vouloir faire le bras de fer avec sa hiérarchie. Je ne tolère pas les indisciplinés », écrit-il.

Soutien à Rigobert Song

L’allié de Samuel Éto’o Fils exprime son soutien à Rigobert Song, le manager sélectionneur de l’équipe. Il souligne que Rigobert Song mérite le respect de tous les joueurs en tant que patron de l’équipe. Il encourage les joueurs à respecter les décisions de l’entraîneur et à soutenir l’équipe depuis le banc si nécessaire. « Manager sélectionneur Rigobert Song Bahanag, tu as convoqué les joueurs qu’il fallait. Sache que tu es le patron de l’équipe et tu mérites le respect de tous tes joueurs au cas contraire, c’est le banc et le peuple sera derrière toi », ajoute le président de Dihep Di Nkam FC.

Pour approfondir :   Cameroun : Après son malaise le coach Richard Towa va mieux

Les réactions des différents intervenants mettent en avant l’importance de la réconciliation, du respect envers les aînés et de la discipline dans le contexte de l’équipe nationale de football du Cameroun.

Lebledparle.com vous propose le texte intégral de Siméon Roland Ekodo Mveng

Au lieu d’envenimer la querelle il faut plutôt encourager André Onana à faire la paix avec ses grands frères Song et Éto’o. Le conflit est consubstantiel à la nature humaine. Et même  s’il a été objectivement frustré par son exclusion et la lettre de la fédération il reste redevable à titre personnel à Samuel Éto’o et à magnang qui lui ont permis de réaliser son rêve.

Et puis à la vérité tous les grands hommes sont ceux qui savent pardonner et faire la paix. Qui savent considérer l’intérêt supérieur de la nation. In fine, Dieu élève les humbles de cœur. Et les conflits peuvent surgir dans toutes les communautés humaines. La famille du football n’en est pas épargnée.

Un attaquant vedette comme Jean-Pierre Nsamé aurait pu jouer dans de grands clubs européens aujourd’hui s’il avait déféré régulièrement aux convocations et s’il s’était adapté aux petits malentendus avec les sélectionneurs qui se sont succédé sur le banc de touche des lions indomptables du Cameroun.

Pour approfondir :   Samuel Eto’o reçu en audience par René Emmanuel Sadi au moment où sa décision sur l’avenir de Conceiçao avec les Lions est attendue

À l’époque aussi, nous en appelions dans les médias au retour du jeune prodige et très prometteur Jean-Marie Dongou Tsafack la pépite catalane. Malheureusement, hélas, il est dans les eaux de la tourmente du championnat de deuxième division japonaise alors qu’il aurait pu être titulaire en pointe aujourd’hui avec les lions où il aurait certainement trouvé une rampe de lancement dans un grand club européen. Quel gâchis!

C’est dire comment la haine, la décision sous le coup des passions, l’arrogance et le manque d’évaluation stratégique des ressources médiatiques, symboliques et institutionnelles de l’équipe nationale pourraient leur priver d’un graal dans leur carrière de joueur. Matip Joël par exemple aurait pu remporter la CAN 2017. Choupo Moting et Zambo ressaisis également auraient pu faire partir de cette cohorte victorieuse. Ce qui n’est pas rien pour le palmarès au-delà de l’éternelle reconnaissance patriotique des supporters. On peut bien gagner l’argent et les titres en club, mais la sélection nationale est sacrée et particulière pour un sportif de haut niveau en ce qu’elle lui donne le statut d’international et le respect y attaché.

Je ne parle pas des jeunes binationaux comme Anthony Élanga, Youssoufa Moukoko et Sacha Boey qui sombrent actuellement alors qu’ils auraient pu aller chercher une place en sélection au Cameroun ainsi que les bénédictions et hommages républicains.

Donc si vous aimez vraiment Onana André et d’autres joueurs qui peinent à retrouver la tanière pour une raison ou pour une autre, il faut leur parler de ces cas emblématiques et surtout des avantages comparatifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bekolo O

Jean-Pierre Bekolo appelle à la transformation de l’Afrique malade

Bongo Ali Oligui Nguema

Réactions de deux politologues camerounais au coup d’État au Gabon