in

Violences sur les forces de l’ordre : Après la Police et Paul Atanga Nji, Joseph Beti Assomo descend dans l’arène

Assor

Le 14 septembre, alors qu’il présidait la cérémonie de remise de l’étendard au 8ième contingent camerounais déployé dans le cadre de la mission de paix en République centrafricaine(RCA), Joseph Beti Assomo a lancé un ultimatum aux usagers qui exercent la violence sur les Forces de l’Ordre.

Assor
Joseph Béti Assomo (c) Droits réservés

« (…) à tous les chefs qui sont des officiers de police judiciaire, d’ouvrir immédiatement et sans complaisance des procédures judiciaires sous la houlette des procureurs de la République pour tout nouveau cas d’agression, outrage de nos éléments régulièrement dans l’exercice de leurs missions », a instruit le ministre délégué à la présidence de la République, chargé de la Défense.

Cette sortie du Mindef faisait alors suite à celle du corps de la Police judiciaire et de son collègue du Minat en date du 10 septembre 2021 où il rappelait à l’ordre, ses compatriotes.

Pour approfondir :   Yaoundé : Le Tribunal militaire réitère sa compétence pour juger Maurice Kamto et Cie

« Depuis un certain temps, l’opinion publique en général et les autorités administratives en particulier, déplorent les violences parfois physiques contre des agents de police en plein exercice de leurs fonctions à travers le pays », dénonçait Paul Atanga Nji.

Face à cette situation, le ministre de la Jeunesses et de l’Education physique, Mounouna Foutsou, a lancé une campagne qui s’étend du 13 au 21 septembre dont le but est de « développer davantage des comportements républicains face aux institutions, symboles et emblèmes de la République, ainsi que ceux qui les incarnent ou qui sont chargés d’en assurer le respect ». Ladite campagne va du 13 au 21 septembre.

Pour approfondir :   Laziz Nchare : « Le Cameroun agonise et il est temps d’avoir le courage pour se battre pour le changement »

Entretemps, soulignons à toutes fins utiles que les personnes qui exercent la violence que les fonctionnaires en service s’exposent aux dispositions prévues par la loi n°2016/007 du 12 juillet 2016 portant Code pénal, modifiée et complétée par la loi n°2019/020 du 24 décembre 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bagnager

Quatre personnes calcinées dans un accident de la circulation survenu sur l’axe Bafoussam Yaoundé

BM

Lutte contre le Covid-19 : La Banque mondiale prête 15 milliards de FCFA au Cameroun