in

Pr Messanga Nyamding : « Sur dix régions, nous avons aujourd’hui, six en rupture avec Yaoundé »

Mesaangol

Intervenant sur le plateau d’Equinoxe Soir, le Pr Pascal Charlemagne Messanga Nyamding affirme que six régions sur les dix que compte le Cameroun, sont déjà déconnectées du pouvoir central et les quatre autres jouissent du pouvoir de manière « autoritaristes ».

Mesaangol
Pr Messanga Nyamding (c) Droits réservés

Pour le Pr Pascal Charlemagne Messanga Nyamding, en s’engageant au sein du RDPC, il avait trois solutions : « ou je prends les armes, ou je me tire une balle dans la tête, ou je me soumets », a-t-il déclaré face à Serge Alain Ottou indiquant qu’il a choisi d’aller à Garoua malgré l’« injustice ».

Selon l’analyse du politologue, nombreux sont des Camerounais qui sont déjà déconnectés du pouvoir central dont le siège est à Yaoundé : « Est-ce que vous imaginez le nombre de Camerounais qui ont déjà rompu avec l’Etat ? », s’interroge-t-il avant de poursuivre : « Sur dix régions, nous avons aujourd’hui, six régions en rupture avec le champ central politique : le Nord, l’Extrême-Nord, l’Adamaoua, l’Ouest, le Nord-Ouest, le Sud-Ouest ».

A l’opposé, les quatre autres régions (le Centre, le Sud, le Littoral et l’Est) usent du pouvoir de manière « autoritariste » : « Ce sont mes oncles du Beti du Centre et le Sud qui me tuent », a reconnu l’autorité traditionnelle de Yabassi.

Pour approfondir :   Cameroun : Paul Biya révoque trois magistrats

Pourtant, relève l’ancien chef de département de l’intégration et de la coopération pour le développement à l’Institut des relations internationales du Cameroun(IRIC) « on pouvait arrêter et inciter à un dialogue, si effectivement, on prenait en compte leurs frustrations…en rapprochant les peuples, en créant une osmose entre gouvernants et gouvernés », a-t-il conclu sur ce point.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une jeune mère de 23 ans tue ses deux bébés parce qu’ils « pleurent trop »

178091265 1167212113740056 8046923328599432660 n

Un trafiquant de faux médicaments tente de corrompre un gendarme avec une somme de 500 mille FCFA