in

Pr Messanga Nyamding : « Est-ce qu’un préfet écrit à un chef et sur la lettre, il met ‘’deuxième avertissement’’ ?»

Messangoa

Invité sur le plateau de « La vérité en face » hier dimanche 24 janvier 2021, l’enseignant d’Universités a critiqué la lettre de mise en garde que le préfet du département des Hauts-Plateaux a adressée au roi des Bamendjou le 20 janvier dernier.

Messangoa
Pr Messanga Nyamding (c) Droits réservés

Le Pr Pascal Charlemagne Messanga Nyamding s’est dit choqué par la manière avec laquelle, le préfet Yampen Ousmanou s’est adressé au roi Jean Rameau Sokoudjou, lui servant un deuxième avertissement de ne plus faire des sorties intempestives sur la toile ou dans les médias au risque d’être exposé aux sanctions prévues par la réglementation en vigueur.

Selon l’administrateur civil, les propos du monarque de 83 ans mettaient en mal, les idéaux de la Nation. La sortie de l’autorité administrative a été contestée par plusieurs personnalités physiques et morales à l’instar du Laakam, Charles Njikam du MRC, l’honorable Jean Michel Nintcheu du SDF et bien d’autres comme le « Biyaiste » patenté.

Pour approfondir :   Youmbi Dieunedort Samuel : « C'est en ce moment que [Paul Biya] a le plus besoin de nous pour nos remarques, conseils, et marques d'attention »

« …Je ne suis pas un chef usurpateur, le préfet du Nkam nous suit. C’est moi qui héberge territorialement et traditionnellement le sous-préfet de Yabassi…On ne peut pas traiter un chef comme ça !  Quand je dis ‘’On’’, je voudrais passer en tant que collaborateur politique du chef de l’Etat… Quand j’ai vu la note du préfet en tant que professeur de Droit, est-ce qu’un préfet écrit à un chef comme Monsieur Sokoudjou et sur la lettre, il met ‘’deuxième avertissement’’ ? Godness ! On est où … », s’est indigné le politologue qui estime que c’est une « faute administrative », c’est même de la « sauvagerie », a-t-il ajouté.

Pour approfondir :   Casse des Ambassades : Selon Nkou Mvondo, le régime Biya a fui le procès contre Maurice Kamto

Pour éviter des écarts de cet acabit, « il faut recycler parfois certains fonctionnaires », a suggéré l’enseignant à l’IRIC qui n’hésite pas à proposer ce qui aurait pu été écrit « Si moi j’avais été à côté de ce préfet, je lui aurais dit d’écrire au chef avec pour objet ‘’        Votre attention’’ », a-t-il conseillé.

Le membre du comité central du RDPC a indiqué que le Cameroun n’a plus besoin de créer d’autres fronts, en plus de ceux du Nord-Ouest, Sud-Ouest, Extrême-Nord, Est, la presse et les médias qui lui coûtent énormément.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Messangon

Pr Messanga Nyamding : « Je suis choqué et parfois j’ai honte en tant que Biyaïste, lorsque je vois le projet présidentiel… mais il y a 14 grandes Mairies, aucune femme »

Bedzigui Sokoudjou

[Tribune] Chef traditionnel vs Autorité administrative : Célestin Bedzigui apporte son soutien à Sa Majesté Sokoudjou