in

Cameroun – Hugo Broos : « Si le président me propose un joueur, je vais démissionner »

hugo broos face a la presse

En conférence de presse ce lundi 29 mai 2017, le technicien Belge a rejeté en bloc les allégations sur d’éventuelles pressions qu’il pourrait subir par ses employeurs dans la convocation des joueurs en sélection nationale.


hugo broos face a la presse
Hugo Broos face aux journalistes – DR

A la question d’un journaliste de savoir : « Hugo Broos est-il maître de ses listes ou subirait-il une quelconque influence de la part de ses employeurs que sont la Fédération camerounaise de football ou du ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) », le patron de l’encadrement technique des lions indomptables répond : « Ecoutez, il n y’ a aucune influence sur les choix que je fais, les listes que je publie. Je suis entièrement responsable de mes décisions de convoquer un tel ou un tel autre. Je fais des choix que j’assume sans aucune pression. Et même s’il arrive qu’un jour, le président (Tombi à Roko Sidiki, Ndlr) me propose un joueur, je vais démissionner. Il faut que vous le sachiez, c’est comme cela que je fonctionne ».

Pour approfondir :   Cameroun : Voici le testament de feu Sa Majesté Jiejip Pouokap Joseph, Roi des Bandrefam

Pour rappel avant la publication de la liste des 30 joueurs convoqués par le sélectionneur nationale, des informations faisant état de marchandage de places en sélection moyennant rémunération. La Fécafoot par le biais de Laurence Fotso, Chef du département Communication et marketing, a apporté un démenti sur cette actualité de fausses convocation.

Dans un entretien accordé au quotidien Mutations le jeudi 18 mai 2017, l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale du Cameroun est revenu sur l’actualité des fausses convocations qui a émaillé la tanière des Lions indomptables. «Vraiment, en mon temps, cela ne pouvait même pas se faire. Une liste avec des joueurs que je n’ai pas eu à convoquer. En ce moment-là, elle ne devient plus ma liste», déclare Jean Paul Akono.

Pour approfondir :   Joseph Désiré Job : « Le cas André Onana est très mal géré »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

john fru ndi sdf

Pour le SDF : «le régime de Paul Biya négocie régulièrement avec des terroristes connus de la secte Boko haram »

Alain-Mabanckou.jpg

Alain Mabanckou rentre dans le dictionnaire français Larousse