in ,

Pierre Semengue : «Je n’étais qu’un pot de fleur au Conseil de transitoire du football professionnel»

Etoo Semengue

Sur Magic FM, celui qui revendique l’intégrité de la Ligue de Football Professionnel, s’est exprimé sur la dissolution de celle-ci par la Fécafoot et son limogeage du CTFP. 

Le général à la retraite pense que l’actuel président de la Fecafoot n’a pas joué franc jeu vis-à-vis de lui.  « Je n’étais qu’un pot de fleur au Conseil de transitoire du football professionnel. C’est la Fécafoot qui faisait tout. Je pensais que Samuel Eto’o voulait vraiment rassembler les acteurs du foot, voilà pourquoi j’avais accepté sa main tendue en lui faisant confiance. Je lui ai même donné des conseils pour sa campagne. Je l’ai pris comme un fils. Il m’a promis que j’étais là pour normaliser la Ligue, mais malheureusement rien n’a été fait. Même l’argent de la Ligue a été récupéré par la Fécafoot. Je voulais vraiment que les choses s’arrangent mais Eto’o n’est pas sincère. Il promet beaucoup de chose mais rien ne se réalise. Je ne m’attendais pas à ce que mon fils me limoge. Je m’attendais à ce qu’on se rencontre pour s’entendre car il y’avait trop de problème. Les problèmes de nomination, les problèmes de salaires, jusqu’à aujourd’hui, les personnels de la ligue n’ont pas été payés. La Fécafoot n’a pas compétence pour dissoudre la Ligue. La Ligue est membre de la Fécafoot, elle est une association déclarée au Minat. Une association ne peut pas dissoudre une autre. La Ligue est une entité indépendante juridiquement et financièrement. C’est complètement idiot tout ce que j’entends là. Je suis étonné par les agissements de mon fils  Eto’o. Il ne m’a même pas averti qu’il allait valider la dissolution de la ligue. J’ai sollicité une rencontre, mais j’entends à la radio que la Fécafoot a validé la dissolution. », déclare Pierre Semengue.

Pour approfondir :   Urgent-Election à la Fécafoot : Un président de Club refuse de participer au vote, dénonce la " mascarade "

l’homme en tenue ne désarme pas. Il compte utiliser les voies légales pour contester la dissolution de la LFPC.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ernest Obama

Ernest Obama : « Pour moi Bruno Bidjang n’est pas encore journaliste »

Ernest Obama Nana

Ernest Obama : « Je ne parlerai jamais en mal de monsieur Amougou Belinga »