in

Olivier Bilé : «La mutation du Fcfa en Eco n’est que supercherie et entourloupe»

Bile Olivier Eco 1

La zone CFA va donc disparaitre dès 2020, selon l’annonce faite ce samedi 21 décembre à Abdijan par les présidents ivoirien Alassane Ouattara et français Emmanuel Macron. La France se retire des instances de gestion du CFA qui peut donc opérer sa mutation en zone éco. Il reste que les calendriers de mise en œuvre sont encore flous.


Bile Olivier Eco 1
Olivier Bilé – DR

Le fait que le Fcfa devient l’Eco divise l’opinion nationale et internationale. Dans une tribune libre, publiée sur son mur Facebook, le dimanche 22 décembre 2019, Olivier Bilé, Président du Mouvement pour l’Emancipation et l’Intégration Monétaire de l’Afrique (MEIMA), relève les curiosités et les incongruités de cette mutation monétaire.

Lebledparle.com vous propose de lire le texte intégral.

MUTATION DU FCFA EN ECO EN ZONE UEMOA : _Curiosités et incongruités d’une entreprise de mystification des Africains_

Chers tous, au moment où des concerts d’indignation se font entendre partout en Afrique et à travers la planète entière sur la problématique de la servitude monétaire de l’Afrique, au moment où les accords coloniaux encadrant ce subtil esclavage contemporain arrivent à expiration, M. Macron et Ouattara, en catimini, se retrouvent à Abidjan pour annoncer la mutation du FCFA en ÉCO. Cette manoeuvre entreprise par les tenants actuels de la francafrique, dont l’intention secrète est de perpétuer la prédation et l’oppression exercées sur nos États nous inspire les réflexions ci-après :

1. L’annonce de la mutation est entreprise par Macron et Ouattara, en l’absence des autres chefs d’État de l’ UEMOA. Bien étrange pour une réforme dite historique.

2. La convention monétaire liant la France à L’UEMOA demeure. La reforme ne postule pas le démantèlement des accords néocoloniaux mais simplement, une réforme de surface éliminant les clauses les plus scandaleuses. Notamment celle des contraintes du dépot de 50% des reserves de change dans un compte d’opérations auprès du trésor français. Ou encore celle de la présence d’officiels français au sein du conseil d’administration de le BCEAO , de la BEAC et de la BCC.

3. La clause de fixité de la parité entre EURO et ÉCO demeure. Celle de la prétendue garantie de convertibilité, véritable postulat vide, demeure également. Toutes choses qui perpétuent le principe selon lequel l’ ECO va rester un sous multiple de L’ EURO-FRANC. Cela n’aura d’effet que celui de perpétuer le contrôle de cette nouvelle dénomination monétaire par la métropole française.

4. Ce contrôle est le problème fondamental. La question des réserves de change n’étant que secondaire. Les mécanismes restants, qui continueront à gouverner les accords de coopération monétaire, impacteront toujours négativement l’élément fondamental qui est celui de la détermination de la masse monétaire, et en conséquence, celle du niveau d’emploi en zone ÉCO ou Franc.

Là, se situe le nœud du problème.

5. La zone CEMAC est tenue à l’écart de ces annonces. Il y’a mépris pour ses dirigeants ainsi que les autres parties prenantes d’Afrique de l’Ouest considérées comme incultes en matière de sciences économiques. Ces derniers n’auront d’autre choix que d’obtempérer et de s’arrimer à cette réforme qui, à mon sens, n’est que supercherie et entourloupe. Sinon pourquoi tous ces mystères et ces décisions à géométrie variable ?

6. Les États anglophones de la CEDEAO ne sont manifestement pas partant pour l’Eco. Ce qui signifie que l’opération de charme de Macron vers Akoufo Ado du Ghana n’a point prospéré. L’élargissement de l’influence géopolitique française en Afrique par l’instrument monétaire n’aura pas lieu. Les anglophones eux ne sont pas des marionnettes.

7. Visiblement, Ouattara a cessé de proclamer que le Fr CFA est la meilleure chose qui soit arrivée aux Africains. Bientôt, il nous dira que c’est l’ECO. Et puis quoi ensuite. Il aura suffi que Macron arrive à Abidjan et décide sans que quiconque ne puisse broncher de ce côté. On peut imaginer ce que ce sera chez nos non initiés à l’économie de la CEMAC ……

8. Enfin, ce n’est pas d’une réformette superficielle dont il est question aujourd’hui en 2020, 75 ans après l’avènement du Franc des colonies Francaises d’Afrique (Fr CFA), où cet accord colonial est arrivé à expiration et que la se meut à reformuler afin de perpétuer son entreprise coloniale en Afrique. Il s’agit, pour nos États, de l’accès à une autodétermination pleine et entière sur le plan monétaire, condition sine qua non de leur véritable Emancipation économique, sociale et politique.

Africains, réveillons-nous enfin !

Olivier BILE, Ph-D

Pour approfondir :   Olivier Tchouaffe : «Mathias Eric Owona Nguini est un apologiste de la dictature et du génocide.»

_Président du Mouvement pour l’Emancipation et l’Intégration Monétaire de l’Afrique (MEIMA)_ .


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Effa

Cameroun :  Sa Majesté Biloa Effa remet en question l’étiquette du tribalisme collée au MRC

2012 13786 le directeur general du bud

Cameroun : Voici pourquoi le budget du Cameroun est en baisse pour l’exercice 2020