in

Cameroun :  Sa Majesté Biloa Effa remet en question l’étiquette du tribalisme collée au MRC

Effa

Depuis sa destitution de ses fonctions de chef traditionnel par le ministre de l’Administration territoriale, Sa Majesté Biloa Effa ne cesse de faire des sorties aux antipodes de la décision prise par sa hiérarchie.

Effa
SM Biloa Effa (c) Droits réservés

Le 6 décembre 2019, une note de Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale, lue à la Crtv, faisait chuter Sa Majesté Biloa Effa, du haut de ses attributs de chef coutumier de 3ème degré du Village Nkoba’a dans la capitale politique Yaoundé.

Depuis lors, les sorties médiatiques du conseiller du Pr Maurice Kamto ne cessent de remettre en question cet acte administratif comme c’était encore le cas dans le cadre de l’émission La vérité en face sur Equinoxe TV.

 

Le MRC n’est pas un parti politique tribaliste, selon Biloa Effa

Pour le garant de la Culture, coller l’étiquette de tribalisme au Mouvement pour la reconnaissance du Cameroun(MRC) ne saurait être fondé du fait de son appartenance lui-même à cette formation politique pourtant il est de la lignée Mvog Tsoung Mballa, par conséquent un Ekang du Centre Cameroun : « Lorsqu´on me dit que le MRC est un parti qui prône le tribalisme, je ris. Qu´est-ce que je fais là alors ? Suis-je Baham », s’est-il interrogé sur la chaîne capitaux privés.

Quelle analyse de la décision de Paul Atanga Nji ?

Pour le gardien de la tradition, la chefferie est héréditaire et le respect de la tradition  y est  de rigueur : « Chez nous, un chef est un chef. Les décrets ne nous servent à rien. C´est par dévolution héréditaire que je suis devenu chef. À ce titre, je suis le dépositaire de nos traditions, de nos us et de nos coutumes. Donc cette décision du ministre Atanga Nji me laisse à 37 degrés…Je fais plus confiance à mon peuple qu´aux bouts de papiers », clarifie le militant du MRC.

Pour approfondir :   Dieudonné Essomba : « Quand les Américains insistent sur une affaire, les choses sérieuses peuvent commencer à tout moment »

Rappelons que « instigation et incitation à l’insurrection ; insubordination caractérisée à l’endroit des autorités administratives. Et participation actives aux manifestations publiques non autorisées » sont des griefs qui ont valu la destitution du chef traditionnel il  y a plus de semaines.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mebara Atangana Jean Marie p

Tribune : La décrispation du climat politique passe aussi par la libération des prisonniers de l’opération Épervier

Bile Olivier Eco 1

Olivier Bilé : «La mutation du Fcfa en Eco n’est que supercherie et entourloupe»