in

Lutte contre les villes mortes : Un kilogramme de viande à 1000 FCFA à Bamenda

Ville morte

C’est à travers la vente exceptionnelle que le maire de Bamenda lutte contre le phénomène de ville morte.

Ville morte
Image des villes mortes (c) Droits réservés

 Dans l’optique de lutter contre le phénomène de villes mortes dans le chef-lieu de la région du Nord-Ouest, le Maire de la ville Paul Achombang Tambeng a organisé une vente exceptionnelle des produits de consommation.

Tenez, un sac de riz de 25 kilogrammes à 5 000FCFA seulement au lieu de 8 500FCFA pou la variété qui coute bon marché et 13 000FCFA pour le riz le plus couteux.

Dans la même veine, un kilogramme de viande se rend à 1 000 FCFA alors que ce prix atteint à peine celui de la moitié d’un kilogramme de viande en temps normal.

Pour approfondir :   Autoroute Yaoundé-Nsimalen : le coût de la section 2 estimé à plus de 379 milliards

Les prix du savon et autres huiles végétales ont aussi été revus à la baisse.

Le phénomène de villes mortes n’est pas nouveau dans cette partie du territoire. Il est souvent imposé par les séparatistes sécessionnistes. Pendant cette période. Commerce et boutiques sont fermées, de nombreux habitants sont cloitrés chez eux. On a de l’argent mais impossible de s’acheter de quoi manger.

L’on se rappelle que les activistes sécessionnistes avaient décrété six jours de villes mortes à compter du 7 jusqu’au12 février 2020, ceci pour empêcher la tenue des élections du 9 février 2020 dans ces deux régions d’expression anglaise.

Pour approfondir :   Gicam- Ecam: la fusion actée par des adhérents du Gicam

Fort heureusement, un contingent de 700 militaires avait été déployé sur le terrain soir 350 par région pour permettre la tenue du double scrutin des législatives et municipales du 9 février 2020 dont le ministre de l’Administration territoriale avait confirmé l’effectivité sur toute l’entendue du territoire en dépit de « quelques attaques isolés ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

crtv local

Cameroun : Pour basculer vers la TNT, la CRTV recherche 40 milliards

Gicam Tawamba

Cameroun : Le Gicam à moitié satisfait des mesures d’assouplissement et de soutien