in

Le ministre de la Santé rend visite à une victime de la crise du Noso à Bafoussam

Manaouda280

Manaouda Malachie a profité d’une visite dans la capitale de la région de l’Ouest, pour aller rendre visite à un dame victime d’une attaque des combattants indépendantistes dans le Nord-Ouest.

Manaouda280
Manaouda Malachie (c) Droits réservés

Les internautes ont qualifié d’humanisme, cet acte du ministre de la Santé public. En effet, alors que Manaouda Malachie est en tournée ce jour à l’Ouest du pays, il s’est rendu au chevet d’une victime de la guerre dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun.

Il s’agit de Mme Solange Mafere. La jeune dame avait reçu des balles au niveau du pied droit pendant une attaque des présumés séparatistes dans la nuit du 29 au 30 Avril à Menfong, localité de l’arrondissement de Galim, région de l’Ouest. Par la suite, elle était restée sous soins intensif à l’hôpital, mais aux frais de sa famille.

Sur la toile, plusieurs camerounais estimaient qu’elle avait été abandonnée à l’hôpital de district de Bafoussam après les attaques. Ce mardi 1er juin 2021, elle a reçu la visite du ministre de la Santé publique Manaouda Malachie, venir s’enquérir de la situation après avoir donné des instructions de prise en charge. En dépit des accusations de détournements de fonds, le Minsanté reste engagé dans la campagne de sensibilisation sur l’importance du vaccin anti-covid. « Au 26 mai 2021, le Cameroun a déjà administré : – 40 103 doses du vaccin Sinopharm – 26 515 doses du vaccin AstraZeneca Le Gouvernement encourage fortement les populations à se faire vacciner. Protégeons nous ! Protégeons les autres ! Vaccinons nous », a partagé Manaouda Malachie dans un récent tweet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Libii Cabral pcrn stv

Le PCRN se dote d’école des cadres pour former ses militants et sympathisants

Muna Akere

Akere Muna Covidgate : «En Nouvelle Zélande on diminue les salaires des responsables, au Cameroun on enquête, chacun son calvaire»