in

La revue de presse camerounaise du lundi 8 mai 2023

Très chers abonnés, c’est un réel plaisir de vous retrouver ici ce matin pour une fois de plus vous servir votre revue quotidienne de la presse. Comme tous les matins, retrouvez ci-dessous, l’essentiel à retenir des informations parues dans les kiosques ce jour au Cameroun.

Les Unes du 8 mai 2023

EcoMatin avec qui nous démarrons cet exercice ce matin nous conduit dans le secteur bancaire pour parler de Marguerite Fonkwen Atanga la nouvelle directrice générale de la CCA-Bank. Si sous Alexis Megudjou, cet établissement financier a effectué une revue de sa structure organisationnelle qui a permis de développer des opérations du commerce extérieur et d’intervenir dans les opérations de soutien de l’État dans ses grandes réalisations, telles que le financement de fonds de contrepartie pour la construction du stade d’Olembé à hauteur de 6,3 milliards de FCFA, Marguerite Fonkwen Atanga elle, est grandement attendue, sur le marché domestique des capitaux, sur lequel CCA-Bank entend se déployer en tant qu’investisseur et intermédiaire financier, apprend-on. « 15è banque admise dans le secteur bancaire au Cameroun, CCA-Bank version Megudjou est à fin 2022 la 7e banque en termes de dépôts de la clientèle avec un encours de 432, 991 milliards de FCFA et la 8e sur le segment du crédit. Le défi pour les prochaines années est donc de franchir un nouveau palier et intégrer le top 5 voir le top 3 d’un marché qui se veut de plus en plus concurrentiel avec déjà 18 banques en activité et une 19e (Africa Golden Bank) qui annonce une arrivée tonitruante », peut-on lire dans les colonnes d’EcoMatin.

Parlons du pétrole à présent avec le journal l’Économie disponible dans les kiosques ce jour. Selon le journal, le les modalités d’application du Code pétrolier du Cameroun qui étaient attendues depuis 2019, ont été rendues publiques le 4 mai dernier sur décret présidentiel. De manière pratique, lit-on dans le journal dont nous tenons une copie, le texte présidentiel vient préciser le cadre de protection de l’environnement. Ainsi, la notion d’abandon d’un gisement y est clarifiée. Il s’agit de toute situation de gestion, contrôle et exécution des opérations aboutissant à la cessation de l’exploitation du gisement et à la restitution des sites. Ces opérations comprennent notamment, selon que le gisement est à terre ou en mer, la préparation et la révision éventuelle du plan d’abandon, la cessation des opérations de production, l’arrêt de service des unités de traitement, le démantèlement, la démolition et le déplacement des unités de leur site initial de production, le retrait et le dépôt du matériel, ainsi que l’ingénierie liée à l’exécution de ces opérations.

Pour approfondir :   L'UE accorde un financement de plus de 311 millions à la ville de Dschang

Pendant qu’on y est, les fils et filles de la région de l’Est disent « merci » au chef de l’Etat pour la nomination de Roger Athanase Meyong Abath à la direction générale des impôts au Cameroun. Suivant les explications du journal de Paul Ngouaré Kindji, c’est à travers « un costaud meeting à Abong-Mbang dans le département du Haut-Nyong que les fils et filles des 4 départements de la région de l’Est se sont retrouvés pour exprimer leur déférente gratitude au Chef de l’État pour la nomination de l’un des leurs au prestigieux poste de Directeur général des impôts. Le SG du comité central du Rdpc était représenté au méga meeting par le ministre Ibrahim Talba Malla », écrit Réalités Plus.

Pour sa part, l’hebdomadaire Meyomessala nous plonge en plein dans les préparatifs de la 51e fête nationale de l’unité et nous apprend que les forces de défense et le peuple camerounais sont en symbiose pour la sauvegarde de la paix et de l’unité nationale, socle d’un Cameroun fort et prospère.

Le Soir, lui, s’intéresse à la 39e session du comité interministériel des infrastructures ferroviaires (Comifer). D’après le journal, le programme quinquennal n°2 est en bonne voie de financement. « L’annonce a été faite le 5 mai dernier à Yaoundé, au cours des assises du comité interministériel présidées par le ministre des transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibèhè, dans la salle de conférences de son département ministériel », précise le journal.

Le quotidien La République fait savoir dans son édition de ce matin que le 6 mai dernier, le ministre Njoya Zakariaou, qui fait de la générosité son crédo, a procédé à la remise d’un important don d’équipement et matériels médico-sanitaires aux Centres de santé intégrés de l’arrondissement de Massagam. Réaffirmant ainsi, sa totale adhésion à la politique de santé du renouveau. Magnifiant par cet acte la vision du président de la République Paul Biya, Nji Njoya Zakariaou a exhorté les fils et filles du Noun, à être « unis avec sa Majesté, Nabil Mbombo Njoya, sultan Roi des Bamouns, afin de mieux soutenir les actions de développement du chef de l’État ».

Le Tri-hebdomadaire La Voix Des Jeunes fait le point sur les jeux universitaires qui se sont refermés sur eux le 6 mai 2023 dans l’Adamaoua, région château d’eau du Cameroun, et plus précisément au campus de Dang. Pendant 8 jours, écrit notre confrère, les athlètes des onze universités d’Etat et des instituts privés d’enseignement supérieur se sont mesurés dans plusieurs disciplines. La première université publique du Cameroun, Yaoundé I s’en est sortie avec 37 médailles dont 17 en or, 10 en argent et 10 en bronze. Elle est suivie par l’Institut universitaire du Golfe de Guinée (IUG) qui vainqueur de 10 médailles en or. A la troisième marche du podium se trouve l’Institut universitaire Siantou (IUS) avec 8 médailles en or. Les détails à retrouver dans les colonnes du journal…

Pour approfondir :   Cameroun : Deux militaires arrêtés pour détention d’une grande quantité d’écailles de pangolin  

EcoNews nous apprend qu’avec l’augmentation de près de 100 % des prix des intrants agricoles, la production des produits de rente, du café et du cacao, a drastiquement chuté. Les producteurs sont incapables vivre de leur labeurs. Le journal s’est plongé dans les labyrinthes de cette mamelle nourricière du département du Ndé.

Parlant de la liberté de presse au Cameroun, le directeur Afrique Subsaharienne de Reporter Sans Frontières Sadibou Marong, soutient dans les colonnes de La Voix du Centre que le Cameroun reste un des pays les plus dangereux pour les journalistes. Le journaliste sénégalais, ancien d’Amnesty International, commente la dégringolade du Cameroun dans le classement de RSF sur la liberté de la presse publié le 3 mai dernier. En effet, le pays de Paul Biya a perdu 20 places au classement passant ainsi de la 118e à la 138e place.

Très chers abonnés, c’est sur cette information que nous mettons un terme à cette revue de la presse ce matin. Merci d’avoir été des nôtre une fois de plus. Lebledparle.com vous donne encore rendez-vous demain pour une nouvelle édition de la revue de la presse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suzy

Suzane Kala Lobe : « J’ai refusé de me marier parce que je ne voulais pas qu’un seul homme profite de moi »

bureau vote election

Cameroun : Un camerounais donne l’astuce pour gagner une élection face une dictature enracinée