in

Jean Michel Nintcheu demande à l’Assemblée nationale de suspendre les prélèvements sur son salaire pour le compte du SDF

C’est ce qui ressort de la correspondance adressée au Secrétaire général de l’Assemblée nationale du Cameroun en date du lundi 27 février 2023, comme l’a noté Lebledparle.com.

Nintcheu Fru Ndi

Dans cette correspondance, le député de la nation demande au secrétaire général de l’Assemblée nationale de suspendre les versements prélevés sur son salaire pour le compte du SDF. « Faisant suit e à mon exclusion des rangs du Social Democratic Front, parti politique dans lequel je milite depuis près de trois décennies et pour lequel j’étais jusqu’alors député à l’assemblée nationale, je viens par la présente vous remercier d’arrêter avec effet immédiat, tous les prélèvements qui étaient effectués par vos soins pour le compte dudit parti sur mes derniers », note Lebledparle.com.

Par ailleurs il appelle à examiner juridiquement la situation au sein du bureau de l’Assemblée nationale auquel il est membre, pour la session qui a convoqué au mois de Mars 2023.

Pour approfondir :   Titus Edzoa : « La décentralisation n'a jamais connu son application au Cameroun »

Rappelons que tous les élus du SDF versent mensuellement une partie de leurs salaires au SDF. L’argent serait géré directement par Ni John Fru Ndi, président du parti SDF.

Le désormais ex-militant du SDF

Jean Michel Nintcheu a été exclu samedi par John Fru Ndi par 8.2 à la suite d’une réunion du comité exécutif du SDF (NEC). Avant cette exclusion, il a été déchargé de ses fonctions de président régional Littoral du SDF. Ensuite, il a trainé en justice le Chairman Ni John Fru Ndi pour réclamer le mode de gestion des fonds du parti.

Pour approfondir :   Cameroun : Échauffourées entre les militants du MRC et la gendarmerie à Ebolowa

Cette correspondance montre qu’il a pris acte de la décision du NEC.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nyemeck Bleriot

Pierre Blériot Nyemeck : « Ce qui énerve le plus le chef de l’Etat dans cette affaire, c’est l’utilisation de ses services pour ce genre d’acte »

sez

Violences meurtrières lors des funérailles dans Le Lebialem : Les séparatistes anglophones au cœur de l’horreur