in

Jean Crépin Nyamsi : « Calixthe Beyala est comme un comprimé effervescent »

L’universitaire et analyste politique a publié un texte sur son compte Facebook le mardi 13 octobre 2022 pour se prononcer sur les sorties multipliées et critiques de Calixthe Beyala ces jours.

lecrivaine calixte beyala

 

Il dit n’avoir aucun problème avec l’écrivaine et que ces sorties ne l’émeuvent pas. Bien plus, il estime qu’elle n’est pas cohérente. « Je n’ai aucun problème à lire dame Beyala Calixte finir avec le régime de Yaoundé. Elle peut le faire sans toucher le nom de mon allié. Sinon, je répondrai automatiquement à chaque fois, je vois le nom de Samuel Eto’o apparaître dans ses publications.  À titre de rappel, je suis dans la critique depuis des années du régime Biya et Beyala Calixte commence juste à prendre son baptême dans le désespoir. Je préfère donc observer sans chanter victoire. Calixte Beyala est comme un comprimé effervescent. Après son manque de respect à la diaspora, elle devient subitement un symbole de lutte Facebook. Qu’elle ne se limite pas aux déclarations. Le peuple veut les actions sur le terrain. Voir Beyala agir subitement ainsi, je préfère attendre et voir la sincérité dans ses publications ces derniers jours. Calixte Beyala a reconnu il y a quelques jours que Patrice Nganang est un bon écrivain. Beyala, connaît vous prendre dans le sentiment. Moi, j’attends et j’attends », écrit le Dr Jean Crépin Soter Nyamsi, qui se fait passer pour le fils politique du Président Laurent Gbagbo.

Pour approfondir :   Cameroun: Pour avoir partagé une blague sur Boko Haram par SMS, 03 élèves reconnus «coupables» de non-dénonciation

Le Dr Jean Crépin Soter Nyamsi dans une autre publication a demandé à l’écrivaine de laisser Djaili Amadou Amal tranquille comme l’a rapporté Lebledparle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Djene Djento151222500

L’artiste camerounais Djene Djento est mort

Paul Biya USA

[Tribune] Budget 2023 : Le Chef de l’État doit corriger la copie du Parlement avant la promulgation.