in ,

Hugo Broos dévoile le problème de Samuel Eto’o dans le management de la Fecafoot

Selon l’ancien sélectionneur des Lions indomptables, bien que Samuel Eto’o ait envie de bien faire les chose, son omniprésence dans tous les aspects de la sélection nationale ne permet pas à son entourage de travailler avec sérénité.

Broos Coach
Hugo Broos (c) Droits réservés

Fraîchement médaillé de bronze de la CAN 2023 avec les Bafana Bafana d’Afrique du Sud, Hugo Bross a accordé une interview exclusive au média camerounais CFOOT en Côte d’Ivoire. Au micro d’Alain Denis Ikoul, le champion d’Afrique 2017 avec les Lions indomptables a passé au crible, la gestion de la Fecafoot sous l’ère Samuel Eto’o. « Samuel Eto’o a toujours eu une très grande personnalité. C’est pour cela qu’il pense qu’il doit être partout. Il prend souvent des initiatives même au moment il ne doit pas le faire. Il doit laisser travailler les gens. Même s’il a l’expérience, parce que c’était vraiment un très grand joueur. Il doit se distancer un petit peu. Et c’est ça le problème d’Eto’o », conseille-t-il au patron du football camerounais.

Une envie de bien faire malgré tout…

«Eto’o veut faire du bien pour son pays mais parfois il est trop sur l’affaire. C’est pas toujours bien parce que tu mets les gens en doute. Personne n’ose dire non à Eto’o parce que quand tu es devant lui tu es devant un grand joueur. Et c’est ça son problème. C’est pas négatif ce que je dis mais peut-être si il se distance un peu et laisse travailler les gens un peu plus en liberté, sans qu’il soit toujours là, je pense ça peut aider », ajoute le technicien belge. Après l’élimination du Cameroun en 8èmes de finale de la CAN 2023 face au Nigeria, les critiques à l’endroit de Samuel Eto’o et le sélectionneur Rigobert Song se sont multipliées. Dans son discours à la jeunesse du 10 février dernier, le président de la République a annoncé avoir instruit au ministre des Sports, de prendre ses responsabilités pour une meilleure gestion de la Fecafoot. Une sortie que beaucoup d’observateurs ont vu comme une façon pour Paul Biya, de désavouer Samuel Eto’o. En mettant en pratique les conseils d’Hugo Broos, le quadruple Ballon d’Or africain pourrait peut-être redresser la pente.

Pour approfondir :   Henri Njalla Quan II réagit à sa suspension par la Fecafoot

3 Comments

Leave a Reply
  1. Bonjour. Hugo a raison. Il faut avouer que Eto’o, très bon joueur qui a fait ses preuves sur la planète, attend qu’on fasse comme lui. Ce qui n’est pas mauvais, mais, demande du tact, de la sagesse. Choisir de très bon collaborateur. Et pour y réussir, travailler avec les consultant sportif que le Président Eto’o peut consulter en privé, par exemple pour le choix de un entraîneur, qu’il vienne de l’étranger ou du terroir. On ne peut pas seul, tout voir. Par exemple encore, choisir une palette de cinq entraîneurs, et les soumettre au consultant qui écument valeureuse ment nos émissions sportives sur nos plateaus de télévision, tout ceci en privé. Et celui qui aura retenu le plus de suffrage, le retenir finalement.
    Ensuite, lui fixer les objectifs à atteindre par la Fecafoot, pour tel ou tel événement.
    Ensuite, lui demander de vous soumettre une feuille de route de son travail vers ces objectifs, qu’on pourrait discuter, sans imposer.
    Enfin, s’ éloigner pour n’attendez que les résultats. L’omniprésence de un Eto’o peut faire faire des faux pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revue de presse

La revue de presse camerounaise du mardi 13 février 2024

Ado Can

100 millions à Emerse Faé, 50 millions et une villa pour chaque joueur : découvrez l’ensemble des dons d’Alassane Ouattara à l’équipe de Côte d’Ivoire (vidéo)