in ,

Souley Onohiolo explique comment « la guerre d’égos entre Samuel Eto’o et Mouelle Kombi » a causé l’échec des Lions indomptables

Le parcours foireux de la sélection nationale du Cameroun à la CAN 2023 en Côte d’Ivoire est imputable à une guerre d’égos entre le président de la Fecafoot et le ministre des Sports à en croire un journaliste camerounais.

SamuelEtooetMinistreKombi
Mouelle Kombi et Samuel Eto'o (c) Droits réservés

Selon le journaliste Souley Onohiolo, les tensions entre Samuel Eto’o Fils et Narcisse Mouelle Kombi ont contribué à l’échec des Lions Indomptables lors de la CAN 2024 en Côte d’Ivoire. Il explique que la rivalité entre le président de la Fédération camerounaise de football et le ministre des Sports et de l’Éducation physique a eu un impact négatif sur les performances de l’équipe nationale.

Onohiolo relève que cette guerre d’ego a perturbé la préparation de l’équipe, avec notamment des interventions prolongées du ministre avant les matchs, ce qui a peut-être affecté la concentration des joueurs. Il estime que cette rivalité a créé des tensions internes qui ont eu des répercussions sur le terrain. De plus, Onohiolo critique le non-renouvellement du contrat d’Antonio Conceicao et estime que le président Biya aurait dû intervenir en déplaçant Mouelle Kombi vers un autre poste pour apaiser les tensions.

Pour approfondir :   Cameroun : Denis Emilien Atangana propose trois solutions pour diminuer considérablement les accidents de la route

Le problème de fond du football camerounais actuellement

« Maintenant, il y a un problème de fond qu’on a tendance à éluder c’est que la guerre des égos entre Narcisse Mouelle Kombi et Samuel Eto’o a davantage créé ce qu’on voit et la contre performance des Lions indomptables. Parce que quand vous êtes un ministre, vous allez, au moment où les Lions doivent faire une heure d’entraînement, vous prenez 45 minutes pour faire un discours avant le match Cameroun-Nigeria, ça pose un problème », a indiqué Souley Onohiolo dans l’émission « Grand Débat » sur CAM 10.

Pour approfondir :   Le transfert du Sénégalais Mbaye Niang à Bordeaux ralentit

Enfin, Onohiolo accuse le ministère des Sports d’avoir entravé le bon fonctionnement du football camerounais depuis l’épisode Conceicao, en mettant en place des obstacles qui ont nui au développement du sport dans le pays.


4 Comments

Leave a Reply
  1. Que les gens cessent de justifier l’échec des lions par des raisons extras. Le Cameroun a présenté une sélection de mouilleurs. Incapables de donner la réplique aux adversaires. La vraie raison de l’échec du Cameroun tient au faible niveau des joueurs. À part Onana (qui n’a joué qu’un seul match) et Zambo (un sénateur dont le mot ENGAGEMENT n’existe pas dans le dictionnaire), qui d’autre joué dans un club de grande envergure parmi les joueurs qui étaient régulièrement alignés ?

  2. Monsieur l journalists est passé à côté du sujet. Il n’y’a aucune guerre entre le president dela fecafoot et le ministre de tutelle sauf si monsieur le journalists fait partie des pourfendeurs du travail effectué à la fecafoot.

  3. Qu’attendre d’un monsieur ministre qui croit que ces les sectes qui gouvernent le Pays il s’appuie sur un document signé par son collègue sectaire mais s’il lisaient bien il est écrit le haut accord de la Présidence de la République en l’occurrence ngoh ‘goh par contre celui de song rigo parlé du haut accord du Président de la République est ce le haut accord de ngoh ngoh qui dépasse?
    C’est ce flou qui pousse la fecafoot à se braqué si le document disait haut accord du Président de la République, la Fecafoot aurait laissé passé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bassogog-Chine.JPG

Débuts cauchemardesques pour Christian Bassogog avec Ankaragucu en Turquie

Eneol

Eneo réclame 18 milliards pour atténuer les délestages jusqu’au mois de mars