in

Hervé Emmanuel Nkom : « Ce n’est pas le bulletin unique qui a permis à Samuel Eto’o de gagner les élections à la Fecafoot»

1200 L psg samuel eto o

D’après Hervé Emmanuel Nkom, chroniqueur sur la radio ABK, l’élection de Samuel Eto’o à la tête de l’exécutif de la Fédération camerounaise de Football n’est pas la résultante du bulletin unique comme le fait croire une certaine opinion, mais de la pertinence de son projet pour le football camerounais.

1200 L psg samuel eto o
Samuel Eto’o (c) Droits réservés

La dernière assemblée générale élective de la Fédération camerounaise de Football continue de faire bonne presse. Hervé Emmanuel Nkom, membre du comité central du parti au pouvoir, le RDPC en a donné son point de vue le 16 décembre 2021, sur les antennes de la radio ABK à Douala.

Selon l’homme politique, la première leçon qu’on peut tirer de l’élection de Samuel Eto’o en tant que président de la Fecafoot « n’est pas le bulletin unique comme on veut nous faire croire », mais que « le Cameroun n’est pas un pays de tribalisme »

« Il y a des gens qui ont passé le temps à dire qu’on ne pouvait pas faire tomber la citadelle de cette institution ; ceux-là sont les donneurs de leçons et des faux prophètes… Tout cela a été balayé par la vérité, la transparence de Samuel Eto’o a eu une victoire claire et net, la victoire de la tolérance sur l’imposture. Ce n’est pas le bulletin unique qui a permis à Samuel Eto’o Fils de gagner les élections à la Fecafoot mais son projet politique. Le bulletin unique n’est pas la garantie d’une élection sereine et transparente, il va créer plus de contentieux. Ça a marché à la Fecafoot parce qu’on a attrapé des gens avec des bulletins dans leurs poches », justifie Hervé Emmanuel Nkom.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Elounadr

Région du Nord : Le barrage de Lagdo perd 3 milliards m3 d’eau en deux ans

268261217 1129560274514959 8266875012937962503 n

Le Conseil municipal de la mairie de Douala 3e a tenu sa deuxième session ordinaire