in

Esstic : Haman Mana conteste Jean Pierre Amougou Belinga comme parrain de la 53e promotion de journalisme

C’est ce qui ressort de la correspondance qu’il a adressé à madame le Directeur de cette grande institution d’information et de communication au Sud du Sahara, comme l’a noté Lebledparle.com.

Haman Mana et Amougou Belinga

Jean Pierre Amougou Belinga ne fait pas bonne presse

le patron de Vision 4 a été désigné parrain de la 53e promotion de journalisme à l’Esstic, comme l’a rapporté Lebledparle.com. Le DP du journal l’Anecdote a répondu favorablement. ce qui ne plait pas du tout à son collègue DP, Haman.  « Non, ce n’est pas possible, tous ne se valent pas… », s’exclame le Directeur de publication de Le Jour. Pour lui, le « pape des médias » ne fait pas bonne presse pour être le parrain des élèves journalistes. Il soutient sa thèse à partir d’un certain argumentaire.

il faut dire que la relation entre leux acteurs de presse n’est pas bonne. Le Jour a recemment consacré sa Une à l’affaire Amougou Belinga. La réaction d’en face a été musclé comme l’a rapporté Lebledparle.com.

A madame le professeur Alice Nga Minkala

Directeur de l’Esstic Yaoundé

Objet : parrainage d’une promotion d’élèves-journalistes

Selon des informations concordantes, les étudiants de la 53 e promotion, filière Journalisme de l’établissement dont vous avez la charge, ont choisi pour nom de baptême, celui d’un personnage dont la réputation est loin de faire honneur au journalisme. Mieux, un personnage qui s’est construit sur l’anti-journalisme.

S’il s’agit inconstablement d’une personnalité médiatique, il est peut-être nécessaire de rappeler la nature intrinsèque de l’acception des médias par cette personnalité qui y a fait sa réputation et désormais, vraisemblablement, sa fortune. Les médias sont pour lui un instrument. Un instrument de lynchage d’abord (souvenez-vous de la publication de la liste des personnalités publiques homosexuelles, ou des accusations de détournements de nombreuses personnalités sans aucune preuve et dont plusieurs ont été acquittées par la justice). Un instrument de pouvoir par la suite. De pouvoir par la terreur et le chantage (ne l’a t-on pas entendu menacer des personnalités de lâcher ses “journalistes” sur eux). Sans parler des autres haines… Voilà sommairement l’idée que ce parrain pressenti se fait des médias et du journalisme. Au mépris absolu des règles élémentaires de déontologie, ce qui fait de ses médias et “journalistes” des clients quasi permanents du Conseil national de la communication comme peuvent l’attester les minutes de cette institution. (Une dizaine de suspensions)

L’Esstic, aurait-elle à ce point renoncé à l’idéal qui l’a fait naître et qui a porté des générations entières de journalistes !? La soumission à l’argent facile (et douteux) et au populisme immoral aurait-elle inondé le dernier quant à soi éthique susceptible de servir de cache-misère à une profession dont vous avez la responsabilité de continuer à en faire un rêve pour les jeunes générations ?!

S’il est compréhensible que la dérive morale n’épargne pas (miraculeusement) votre établissement, est-ce pour autant qu’il faut assumer de la livrer à une telle indignité ?!

L’Esstic dont vous avez la charge est d’abord le fruit d’une volonté de chefs d’Etat qui rêvaient d’une forme de journalisme des Lumières, capables fixer le peuple sur le vrai et l’essentiel. Mais c’est aussi un héritage et un patrimoine commun. Héritage de ses fondateurs Hervé Bourges et Jacques Fame Ndongo (pour faire simple). Patrimoine de la longue lignée de seigneurs qui ont construit le respect et la notoriété de cette profession : Amadou Vamoulke, Paul Célestin Ndembiyembe, Jean Baptiste Placca, Denise Epote, Jean Claude Ottou, Alain Belibi, Charles Ndongo, Emmanuel Wongibe, Ibrahim Cherif …Christian Wangue et tous ceux qui au fil des promotions ont essayé de maintenir l’éclat de cette dorure tant enviée.

Cette école-là, cette institution-là, ne saurait se permettre de consacrer l’imposture qui a porté à son paroxysme les serpillières à ragots et   feuilles de commandes qui pullulent aujourd’hui.

C’est votre responsabilité de faire passer cette forfaiture à l’œuvre pour un malentendu. Ce serait votre honneur aussi de veiller ainsi à préserver un peu de dignité et d’égards aux institutions que vous servez. Et à vous-même. (13e promotion, 1982-1985)

Respectueusement et confraternellement.

Haman Mana

16 e promotion ( 1985-1988)

Ampliation

Minesup

Recteur UY2

CNC

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Beyala Nintcheu

Calixthe Beyala : « Les meilleures alliances se brisent qu’elles soient politiques, intellectuelles ou économiques »

ESsticao.JPG

Esstic : Suspension des activités de parrainage