in , ,

Les décisions du Directeur de l’Esstic divisent l’opinion publique !

Destiné à ramener l’ordre au sein d’une promotion tourmentée de l’Esstic, un communiqué de son directeur François Marc Modzom a visiblement donné le ton d’un nouveau scandale du déshonneur pour l’éminent enseignant de journalisme.

Modze

Impliquer les parents ?

« Ce directeur est devenu fou », c’est la publication rageuse que fait  Nathalie Angono sur le réseau social Facebook en lisant le communiqué rendu public par François Marc Modzom ce 15 avril. Dans la note, il est mentionné que les enseignements en Journalisme II ont été suspendus pour ce 15 avril 2024 en raison d’une « Indiscipline collective caractérisée ». Les élèves concernés ne pourront reprendre les cours qu’après la présentation d’une lettre d’engagement signée par eux et « le parent officiel », précise le communiqué.

Ancien étudiant d’université, Jonathan Mpeha est surpris par cette décision. « Il croît qu’il gère un lycée ? Il est dépassé par les événements. Il ne comprend rien. » , Déduit-il de façon laconique. Comme lui, de nombreuses personnes considèrent qu’impliquer les parents n’est pas approprié. « Est-ce qu’un étudiant ne peut pas être son propre parent ? » , se demande Clara Famou, une mère d’enfants comme Presley, qui a tenu à réagir à cette actualité « Même à l’université on y mêle les parents ? C’est la folie nor? » , S’est-elle interrogée.

Plus amer, un autre internaute qui a aussi longtemps fait les bancs de l’université remet foncièrement en cause cette approche « Le Cameroun est un pays perdu dans le temps avec des pratiques d’un autre âge, des étudiants qui sont déjà des adultes, des pères et mères pour certains. On leur demande d’impliquer encore leur parent, on va tout voir avec les villageois qui dirigent ce pays. » , Écrit le dénommé Terry Ndong. À noter qu’au Cameroun, seuls les jeunes n’ayant pas encore atteint 18 ans sont considérés comme des mineurs.

Le réglement de l’ESSTIC

Dans la mosaïque des questions qui s’enchaînent après la publication de ce communiqué signé par le Directeur de l’École supérieure des sciences et techniques de l’Information et de la Communication, il y a celle de savoir si François Marc Modzom était dans son rôle. Un ancien pensionnaire de l’Esstic n’en a pas le moindre doute. « Les textes réglementaires de l’ESSTIC confèrent ces compétences au directeur. Je profite pour rappeler que le directeur François Marc MODZOM a félicité les étudiants de la filière Édition et Arts Graphiques pour leur exemplarité et les excellents résultats engrangés lors de la publication des résultats du premier semestre. », Développe Riphin Ngoppe sur son compte Facebook, sans apporter plus de précisions sur les textes cités.

Pour approfondir :   Affaire Lydienne Taba : Le sous-préfet en garde à vue

Malgré cette précision, Ngoudzo Dounla Alain veut y voir plus clair. « Le conseil de discipline de l’ESSTIC serait donc encadré par les humeurs du Directeur ? Genre il n’y a pas de textes qui régissent la discipline dans cet établissement ? Notre pays c’est vraiment la jungle. », se désole l’internaute rejoint dans cette réplique par un autre  qui s’interroge longuement « Donc l’école-là n’a pas de règlement intérieur ??? Quelles sont les sanctions prévues en cas d’indiscipline caractérisée ????? » Écrit  Henri Joel Mabongue sur le réseau social Facebook.

En parcourant l’une des plateformes officielles de l’école, notamment esstic.cm, on peut clairement voir plusieurs modalités et conditions à l’intention des élèves de l’Esstic. Au sujet de la discipline, « Les règles régissant le comportement des étudiants de l’ESSTIC sont édictées par les lois et règlements de l’Université de Yaoundé et les textes particuliers de l’établissement. Il existe à l’ESSTIC un conseil de discipline devant lequel les étudiants sont traduits, lorsqu’ils enfreignent les lois et règlements régissant la vie à l’Université de Yaoundé II. », Peut-on lire sur le site développé en 2020 après la COVID 19. Il ne nous revient pas que cette promotion a été traduite devant le conseil de discipline.

Pour approfondir :   Cameroun : Une élève institutrice retrouvée morte à Mbalmayo

Communique

Les récidivistes

Comme l’a relevé un article de Lebledparle.com, cette promotion de l’école fondée par Hervé Bourges est coutumière des scandales. Il échappe à peu de personnes que cette même salle de classe avait poussé la devancière de François Marc Modzom à suspendre les activités liées à traditionnelle cérémonie de parrainage de l’ESSTIC. C’était la stratégie du Pr Alice Nga Minkala pour mettre fin aux rêves de cette promotion, qui  voulait avoir le controversé patron de médias Amougou Belinga comme parrain. Concernant la crise que tente de juguler le François Marc Modzom, nos confrères de Griote indiquent qu’il s’agirait d’une affaire de téléphone Iphone XR volé à une étudiante le 1er avril. Selon le journal, l’infortunée aurait consulté un imam pour avoir l’identité du voleur sous les conseils de son entourage. Les tensions électriques seraient hors de tout contrôle dans cette classe depuis que l’appareil a été restitué le 9 avril.

En filigrane de ce scandale pour lequel notre attention est entière, il y a cette approche managériale qui vaut, à tout le moins, le déshonneur à François Marc Modzom. Ce ne serait pas une première. « Il avait d’abord commencé par dire qu’il ne reçoit pas les étudiants, aujourd’hui, il leur demande de venir avec leurs parents. », se souvient Abouba Tsakeng Jean Claude, un ancien étudiant de l’université de Dschang. Publiée le 25 août 2023, la note relative aux horaires de visite au Cabinet du Directeur était formelle. «  Les étudiants ne sont pas reçus par le Directeur, sauf cas exceptionnel décidé par lui-même. », martelait le document.

Communique DDD
Lettre du 25 août 2023

 

 


2 Comments

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valère Bessala

L’Etat a donné la Fecafoot à Samuel Eto’o pour distraire les Camerounais selon Valère Bessala

Tamfu Kamto

Un ancien visage connu du MRC, dépose ses valises au PCRN