in

Conflit FECAFOOT-LFPC : Le gouvernement répond à la FIFA qui a menacé de suspendre le Cameroun

Mouelle Kombo

Dans une correspondance administrative rendue publique le 10 octobre, le ministre des Sports dément toute ingérence dans les affaires de la FECAFOOT.

Mouelle Kombo
Narcisse Mouelle Kombi (c) Droits réservés

Après avoir accusé réception d’un courrier ayant pour objet : «Ingerence potentielle du gouvernement dans les affaires de la FECAFOOT» et signé par Monsieur Veron Mosengo-Omba, directeur de la Division des associations membres de la FIFA le 8 octobre 2020, Narcisse Mouelle Kombi réplique. « Dans la mesure où cette correspondance mentionne le groupe de travail du suivi de l’exécution diligente de la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) mis en place par le ministre des Sports de la République du Cameroun », le Minsep assure qu’ « il pas ingérence même potentielle du gouvernement camerounais dans les affaires de la FECAFOOT», lit-on dans sa sortie épistolaire dont Lebledparle.com a obtenu copie.

Pour approfondir :   Coupe du Cameroun 2023 : la cagnotte du vainqueur fait rire le monde

Le groupe de travail mis sur pied par le ministère des Sports ne vise pas à remettre en cause la décision prise par l’Assemblée générale de FECAFOOT le 25 septembre dernier. Selon le Pr Mouelle Kombi, « la sentence prononcée par le TAS le 14 septembre 2020 et qui frappe d’illégalité la suspension de la LFPC par la FECAFOOT et demande a cette dernière de rétablir pleinement la Ligues dans ses droits, est appelée à produire des effets sur le territoire de l’Etat du Cameroun », ajoute-t-il. Le conflit LFPC-FECAFOOT est loin d’avoir livré son dénouement.

Pour approfondir :   Eliminatoires CAN Maroc 2022 : Les Lionnes indomptables ont reçu la visite de Samuel Eto’o Fils


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

yvan neyou

Antonio Conceiçao justifie l’absence d’Yvan Neyou dans sa liste définitive !

antonio conceicao Lions

Antonio Conceiçao se confie au sujet des cas Nicolas Nkoulou et Clinton Njie