in

Cameroun vs Malawi : La CAF prive la presse privée et les supporters d’une première rencontre historique au stade d’Olembe

match Cameroun Malawi

En réaction, les professionnels de la plume ont décidé de boycotter la conférence de presse d’avant-match organisée jeudi 2 septembre 2021.

match Cameroun Malawi
Image d’illustration (c) Droits réservés

Le Stade Paul Biya d’Olembe, situé à la sortie nord de la ville de Yaoundé, va accueillir sa toute première rencontre internationale ce vendredi 3 septembre 2021 à 20h. L’enceinte de 60 000 places, dont une bonne partie est encore en chantier plus de 5 ans après le début des travaux, sera le théâtre de l’opposition Cameroun –Malawi, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde Qatar 2022. Ce sera une première particulière.

En effet, La Confédération Africaine de Football (CAF) a décidé de priver le public camerounais de cette rencontre inaugurale.

Le même sort a également été réservé aux professionnels de la plume. Ils n’auront pas le droit d’accéder au stade pour vivre cette rencontre. C’est du moins ce qui est indiqué dans un communiqué publié le 2 septembre 2021, dans la mi-journée par la Fédération Camerounaise de Football.

« La FECAFOOT informe les professionnels de média qu’en application des protocoles Covid-19 en vigueur pour les matches de la CAF et de la FIFA, la Confédération Africaine de Football a décidé de ne pas autoriser la présence des médias pour le match Cameroun vs Malawi du 03 sept 2021. En conséquence, aucun média n’est accrédité pour cette rencontre », a indiqué la cellule de communication de la Fédération Camerounaise de Football.

Cette décision a été très mal accueillie par la presse locale. En signe de protestation, nos confrères ont décidé de boycotter la conférence de presse d’avant-match qui a été organisée à la surprise générale, au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

« C’est la première fois que la presse ne participe pas à l’organisation d’un match international, qui plus est pour l’inauguration du stade Olembe. Nous sommes visés en premier chef. On s’est dit que ça ne sert donc à rien d’être ici. Parce qu’on a des confrères qui sont partis de Bamenda, de Bafoussam, de loin pour venir couvrir ce match. On n’a aucun problème avec l’équipe nationale du Cameroun. On a un problème avec les organisateurs de ce match, on a un problème avec la CAF qui ne nous prend pas en considération… on va libérer la salle, et vous pouvez continuer vos choses », a vitupéré Marc Chouamo, le président de l’association des journalistes Sportifs du Littoral avant de quitter la salle de conférence, accompagné de plusieurs autres confrères.

La décision de la CAF fait l’objet de nombreuses supputations. Plusieurs journalistes estiment que cette dernière est en fait un subterfuge savamment orchestré pour tenter de dissimuler l’ampleur du travail qu’il reste encore à effectuer sur le chantier du Complexe Sportif d’Olembe, afin qu’il soit enfin livré. Ils en veulent pour preuve, l’organisation de la conférence de presse d’avant match au stade Ahmadou Ahidjo, situé à plusieurs kilomètres d’Olembe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WEBDeDIOCESE DE MAMFE FACEBOOK

Crise anglophone : Après 3 jours de captivité, les sécessionnistes libèrent Mgr Julius Agbortoko

Bingoil

François Bingono Bingono : « Le prêtre catholique qui a administré une bastonnade à une personne du 3ème âge à Mbalmayo, s’est trompé de couloir… »