in

Cameroun : Surpris en pleins ébats sexuels avec un garçon de 14 ans, un homme risque la mort par la justice populaire à Douala

Genarmes Log

Un homme âgé de trente-quatre ans a échappé à la mort grâce aux gendarmes qui l’ont sauvé de la vindicte populaire, selon les éléments diffusés par la chaine de télévision Canal 2 International au journal de 19h50 ce 26 décembre 2019.

Genarmes Log
Un gendarme qui s’emploie à maitriser la foule en colère, capture photo, Lebledparle.com

 Evocation des faits

 La joie des fêtes de fin d’année qu’éprouvaient jusqu’ici les populations du quartier Logbessou à Douala s’est un temps soit atténuée à cause de la scène rocambolesque et inoubliable qu’ils ont vécue ce jeudi 26 décembre 2019.

Un homme âgé de 34 ans aurait été surpris, vautré sur un garçon de 14 ans.

Réaction de la foule et intervention de la gendarmerie

Courroucée par cet acte qui ne vise qu’à hypothéquer l’avenir du jeune garçon, la foule a voulu la peau de l’accusé. N’eut été l’intervention des éléments de la brigade de Logbesssou située derrière le marché PK14 à Douala, le présumé pédophile n’en serait pas sorti vivant « Il faut couper son sexe », pouvait-on entendre tandis que le commandant donnait l’interdiction formelle : « Pas de caillou ».

Après être passé aux aveux plus de six fois lors de l’interrogatoire que lui passait la gendarmerie, le présumé pédophile a plutôt nié les faits qui lui étaient reprochés devant   les caméras de Canal 2 International.

Pour approfondir :   Un homme mort des suites de tortures au SED !

Version de l’inculpé

 « J’ai trouvé le petit il était en train de pleurer. Je dis tu pleures quoi, Directement, les gars sont venus et dire que j’étais en train de vouloir le violer. Entretemps, je suis en train de fuir, je suis allé derrière, ils m’ont arrêté et ont commencé à me tabasser », raconte l’homme de 34 ans.

 Témoignage du père de la victime

Interrogé, le père de la victime donne la version des faits que lui a relatée son fils : « Un vieux comme lui se retrouve en train d’attraper un petit enfant comme celui-ci, le bastonner, lui donner les bosses partout jusqu’à ce que l’enfant est incapable de se lever aujourd’hui. Et obligeant l’enfant de prendre ses vieilleries et mettre dans sa bouche », raconte-il.

Cependant, il dit avoir accepté que l’enfant fasse une sortie avec ses amis, chez sa grand-mère où il a préféré passer les fêtes de fin d’année malgré lui, et surtout avec l’insistance de son épouse.

Le lieu présumé de la scène…

Les investigations conduites par les forces de maintien de l’ordre ont permis de découvrir le lieu où se serait déroulée la scène. C’est un lieu pas comme les autres car sa dénomination en dit long : « Le couloir de la mort ».

Pour approfondir :   Cameroun : après la 72e assemblée de l’ONU, Paul Biya n'est pas encore rentré au pays

Joueurs de cartes, stupéfiants, lames de rasoir, une seringue, les armes blanches et même de la lingerie ; tels sont les objets retrouvés ici au « secteur » comme l’appellent les brigands eux-mêmes.

L’homme de 34 ans médite donc désormais son sort entre les autorités judiciaires où il devra répondre des faits qui lui sont reprochés. Toutefois, selon les sources, de Canal 2, le Commandant Collins Eyok Eyok et ses hommes sont résolus à en découdre avec le phénomène du grand banditisme dans leur localité mais il leur manque un accompagnement conséquent.

Pour preuve, ils ont interpellé 17 de ces brigands tout récemment et déféré au parquet mais ces derniers ont été relâchés après trois mois seulement .


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TIL DIT

Cameroun: La Justice annule la procédure attribuant le terminal à conteneurs de Douala au Suisse TIL

Correspondants

Cameroun : Deux individus se passant pour des correspondants de la CRTV et Canal 2 International mis aux arrêts dans le Moungo