in

Calixte Beyala : « Je savais qu’il était mort dès qu’on a annoncé qu’il était enlevé »

 La romancière camerounaise a exprimé sa peine au microphone d’Info Tv dimanche dernier.

Justice Martinez Zogo

Les débats radiophoniques et télévisés au Cameroun le dimanche 22 janvier 2023 convergeaient quasiment tous, vers un seul sujet : l’assassinat de Martinez Zogo. Le corps sans vie du chef de chaîne Amplitude FM a été découvert au quartier Ebogo par Soa dans la région du Centre, présentant des sévices corporels.

Ces images insoutenables de l’homme de médias qui continuent de pulluler la toile n’ont laissé aucun homme indifférent quand on sait quiconque peut subir le même châtiment.

Au rang des indignations, Calixte Beyala, la romancière qui se fend plus que jamais en critique des vices de la société camerounaise, s’en est offusquée. Sur le plateau de la chaîne à capitaux privés Infos TV, l’auteure de ‘’C’est le soleil qui m’a brulée’’ s’est dit « abattue, attristée », a-t-elle lâché avant de poursuivre : «  Je savais qu’il était mort dès qu’on a annoncé qu’il était enlevé. On peut se poser la question : à qui le tour ? Chacun de nous peut se retrouver dans cette situation pour quelque chose qu’il aurait peut-être dit ».

Lebledparle.com rappelle que pour l’heure, le corps de Martinez Zogo se trouve à la morgue dans l’espoir que l’enquête ouverte par le gouvernement puisse incriminer les auteurs de cet autre crime sur un journaliste au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FB IMG 1674458826276

Jean De Dieu Momo : « On ne tue pas les journalistes ni personne parce qu’elle parle! Moi-même je serais déjà passé de vie à trépas »

Cannabis

Région de l’Ouest : 100 kg de cannabis interceptés à Magba