in

Après la suppression d’un commentaire du président Buhari, le Nigéria suspend les activités de Twitter dans son pays

Buhar

L’annonce a été faite le vendredi 4 juin 2021 par le gouvernement d’Abuja.

Buhar
 Muhammadu Buhari (c) Droits réservés

C’est officiel ; le gouvernement nigérian a annoncé vendredi 4 juin 2021, avoir suspendu les activités de Twitter dans le pays pour une durée indéterminée.

C’est une décision qui intervient deux jours après la suppression par le réseau social twieter, d’un commentaire du président Muhammadu Buhari.

En clair, le 1er juin 2021, le président nigérian se prononçait sur les attaques contre les installations de la Commission électorale nationale indépendante (INEC). Au passage, le Général a évoqué les souvenirs douloureux de la guerre du Biafra qui avait décimé plus d’un million de Nigérians entre 1967 et 1970.

 « Beaucoup de ceux qui se comportent mal aujourd’hui sont trop jeunes pour être conscients de la destruction et des pertes de vies qui ont eu lieu pendant la guerre civile du Nigeria. Ceux d’entre nous qui sont restés sur le terrain pendant trente mois et qui ont traversé la guerre vont les traiter dans la langue qu’ils comprennent », a-t-il condamné les auteurs des violences.

Comme la réponse du berger à la bergère, Twitter a supprimé ce commentaire de Buhari estimant que ses propos étaient « abusifs » voire « dérangeant », « injurieux » et qu’il ne saurait relayer « un appel à une guerre civile dans le sud-est du Nigeria ».

Réagissant à cette actualité, le ministre nigérian de l’Information, Lai Mohammed, a classé la décision dans le registre du « deux poids, deux mesures » arguant que « la mission de Twitter au Nigeria est très, très suspecte » sans plus d’explications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Batouri

63 personnes affectées par le Projet de développement des villes inclusives et résilientes de Batouri indemnisées à 19 millions 350 mille FCFA

P080214 12.09 08

Awa Fonka Augustine lève l’interdiction sur l’organisation des funérailles dans la région de l’Ouest