in

Un jeune capitaine de l’Armée camerounaise abattu par les sécessionistes à Kumbo

Engbwe

Thierry Engbwe, capitaine de l’Armée camerounaise n’est plus. Le natif du département du Dja et Lobo a été tué le 15 février 2021 à Kumbo dans le Nord-Ouest par des combattants sécessionnistes.


Engbwe
Feu Capitaine Thierry Engbwe (c) Droits réservés

Il a été victime d’un guet-apens des soldats ambazoniens. Le Capitaine Thierry Engbwe, plus connu sous le pseudonyme de « Thierros » a été abattu le 15 février 2021 dans la localité de Kumbo, région du Nord-Ouest Cameroun.

Alors que le diplômé de l’EMIA dirigeait une opération militaire, son équipe va tomber dans un piège à eux tendus par les indépendantistes et s’est retrouvée en infériorité numérique. Touché par plusieurs balles, Capitaine Engbwe va perdre la vie sur le champ de bataille. Cette énième disparition qui vient alourdir le bilan de cette crise qui dure depuis plus de 4 ans maintenant, suscite également une vague de compassion au sein de l’opinion publique nationale. Boris Bertolt, camarade de lycée du défunt, s’est exprimé au sujet de son décès.

Pour approfondir :   Crise anglophone : Depuis Kondengui, Sisiku Ayuk Tabe radicalise la position des sécessionnistes

« Aurevoir mon capitaine »

« Un ami, un frère, un camarade est tombé ce jour au front dans cette maudite guerre fratricide qui nous est imposée par le régime de Yaoundé. Thierry Engbwe était un jeune capitaine brillant, posé, courtois et intelligent. C’était mon camarade au lycée classique et moderne de Sangmelima. Nous avons parfois partagé le même banc au lycée. Il aimait son métier et nous étions fier de lui. Ce jour, il est tombé dans une embuscade tendue par les sécessionnistes en zone anglophone. Repose en paix cher ami et beaucoup de courage à ta famille », a écrit il y a quelques heures, l’activiste sur Facebook.

Pour approfondir :   Université de Yaoundé II : La prochaine rentrée académique en préparation

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un suspect d’un braquage à Kribi interpellé à Edéa

TOK 7

Jonathan Machardy (consultant RMC) pense que Toko Ekambi n’a pas sa place à Lyon