in

Un étudiant trouve la mort au SED après deux jours de garde à vue

Sed secretariat

Jean Calvin Ndong, étudiant en 2e année à la Faculté des Sciences de l’Université de Yaoundé I, interpellé pour des soupçons de viol sur mineur, est décédé le 5 juillet 2020 dans une cellule du Secrétariat d’État à la Défense (SED) après deux jours de détention.

Sed secretariat
Image d’illustration (c) Droits réservés

D’après le récit du journal Kalara paru le 7 juillet 2020, Jean Calvin Ndong, âgé de 25 ans, avait été interpellé le vendredi 3 juillet par des gendarmes au quartier Ekoumdoum à Yaoundé où il vivait avec son frère aîné.

C’est à la suite d’une plainte de sieur Oba Bertrand, administrateur civil principal en service à Yaoundé que le jeune garçon avait été interpellé. « L’étudiant était suspecté des faits de viol sur une fillette de 14 ans. La victime, fille de monsieur Oba, habitait avec ses parents dans un appartement qui se trouve dans le même camp que celui de son supposé bourreau » informe le journal.

Pour approfondir :   Cameroun : Éric Masuy évalue les performances d’Eneo

Conduit au SED, poursuit notre confrère, M. Ndong aurait été entendu une première fois par les enquêteurs et une seconde fois en présence des parents de la victime supposée. Il sera ensuite placé en garde à vue. Sa famille aurait aussitôt entamé des démarches auprès des plaignants pour un arrangement à l’amiable.

Le lendemain, samedi, l’étudiant est autorisé à recevoir de la visite des membres de sa famille. Il échange avec d’autres proches à travers le téléphone. « Mais le dimanche matin, M. Ndong aurait été retrouvé mort dans sa cellule. Chose curieuse, sans qu’aucune autopsie n’ait été pratiquée sur le corps, les responsables du SED auraient directement pris la décision de transporter les restes mortuaires de l’étudiant à la morgue de l’Hôpital Central de Yaoundé. La famille de ce dernier sera plus tard informée que leur fils s’est suicidé. Une version officielle balayée d’un revers de la main », apprend-on.

Pour approfondir :   Le BIR fait un don des voiturettes et une somme de 800 000FCFA à huit personnes handicapés à Douala

Le journal de Christophe Bobiokono indique qu’en ce moment, c’est la guerre entre la famille du défunt et celle de la victime présumée. M. Oba a dû faire appel à des gendarmes pour assurer la sécurité à son domicile, après avoir extirpé sa famille des lieux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

jad20200504 conf coulibaly 592x296 1588595228

Le premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly est mort

0507 14786 le groupe francais sabc victime

Un camion de la SABC attaqué par des hommes non identifiés à Santa dans le Nord-ouest