in

[Tribune] Martinez Zogo : La Fin Du Journalisme Au Cameroun ?

Dans un texte publié sur Facebook, le dimanche 26 février 2023, le journaliste et chercheur William Bayiha saisi l’occasion de l’assassinat de Martinez Zogo pour s’interroger sur le journalisme au Cameroun.

Martinez Zogo forerver 1

Lebledparle.com vous propose l’intégralité du texte

Il y a une opinion courante qui a décidé de sanctifier Martinez Zogo du fait de son assassinat et décider que, jusqu’à preuve du contraire, il n’y aura plus de réflexion sur le sens de cet acte ignoble pour notre société.

La mort de Martinez Zogo serait-elle le signal de la fin de la critique comme éthique journalistique ? Quand je parle de critique comme éthique, je parle de la capacité à poser les questions qui fâchent sitôt que de telles questions appellent des réponses qui participent à construire notre vivre-en-harmonie.

Martinez Zogo est mort parce qu’il a été assassiné. Oui ! C’est visible depuis la lune. Nous sommes obligés par notre capacité à penser avec le cœur de nous émouvoir. Mais nous avons aussi un cerveau et il ne doit pas être supplanté par la raison du cœur.  Il n’est en effet pas possible, pour un esprit capable de penser à plus de deux choses en même temps, de s’en tenir à cette unique cause immédiate.

Pour approfondir :   Sacha Boey snobe de nouveau le Cameroun : « L’équipe de France c’est le graal pour n’importe quel joueur »

Notre compatriote est AUSSI mort du fait d’une pratique du métier de journaliste à l’emporte-pièce. Le dire n’est pas faire l’apologie de l’assassinat dans l’espace public. C’est précisément faire acte de salubrité.

Exactement comme ces annonces qui indiquent que l’alcool au volant tue. Est-ce une manière de pardonner au chauffeur de grumier impatient qui cogne le chauffard saoul qui s’en dort au volant du fait des effluves d’éthanol ? Non ! Est-ce du cynisme ? Non !

L’alcool au volant tue et les chauffeurs de grumiers pressés tuent AUSSI.

La même mort peut avoir plusieurs causes, si on se force à penser à plus d’une chose en même temps. À force de ne pas le dire, l’assassinat du directeur d’Amplitude FM semble avoir démultiplié les usines à s’amuser dans l’opinion publique. On accuse les gens d’assassinat sans la moindre preuve, on les envoie en prison sans aucune vérification. On détruit des couples, s’immisce dans la vie privée des citoyens. On crie, on vitupère. En même temps on revendique l’immunité devant la justice. Et on espère que la fameuse liberté de la presse va nous protéger.

Pour approfondir :   [Tribune] Christian Bomo Ntimbane : « Tout camerounais est en droit de manifester contre ou pour Paul Biya »

Breaking News. Ce qui protège le journaliste avant toute chose, c’est la mise en pratique des règles professionnelles. Or beaucoup ne sont pas journalistes quand ils violent les règles du métier et se retrouvent journalistes quand ils subissent les conséquences en prévision desquelles les règles ont été édictées.

C’est ça qui est la vérité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sez

Violences meurtrières lors des funérailles dans Le Lebialem : Les séparatistes anglophones au cœur de l’horreur

331728186 569898111763069 1775991709984883338 n

Affaire Martinez Zogo : Amougou Belinga exprime son mécontentement contre la détention de Bruno Bidjang