in

Shanda Tonmé affirme que «Paul Biya est un homme de paix» et tacle Maurice Kamto

Shanda Tomne Tacle

Plusieurs semaines après son passage remarqué à dans la célèbre émission l’Arène, le promoteur du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation a donné une conférence de presse le 4 août 2020 à Yaoundé. Le compte rendu de ladite conférence de presse a été relayé ce mercredi dans les colonnes du journal Le Messager.

Shanda Tomne Tacle
Shanda Tonmé (c) Droits réservés

Selon le quotidien de feu Pius Njawé, de nombreux sujets ont meublé la rencontre entre l’homme politique et les journalistes. «On peut retenir entre autres, les relations entre l’État et les chefferies traditionnelles; les relations entre l’Afrique et la CPI; le décès de l’ancien capitaine de notre équipe nationale de football fanion; les perspectives d’une réforme du FCFA de l’Afrique centrale; la gestion du Covid-19; la sécurité dans l’Extrême-Nord et les relations entre le MPDR et les médias», informe le  Le Messager dans sa parution du 5 août 2020.

Pour approfondir :   Paul ATANGA NJI : « Certains sécessionnistes avaient 70 kilos lors de leur arrestation. Maintenant ils en ont 90 »

«Paul Biya n’est pas un dictateur»

«Paul Biya, c’est un homme de paix. Ce n’est pas un dictateur. Je respecte les institutions du pays et celui qui les incarne. Si Paul Biya était un dictateur, il ne laisserait pas ces gens faire ce qu’ils font-là. Tu dis que tu as gagné une élection présidentielle et tu refuses d’aller à l’élection locale où tu devrais te courber et ramasser les voix ? C’est ce qui fait dire que ces gens avaient un autre projet pour le Cameroun», lance l’initiateur du Laakam en réponse à la question d’un journaliste.

Pour approfondir :   Près d’une dizaine de boutiques ravagée par les flammes au marché de la Cité des Palmiers à Douala

Evoquant les mésententes récemment observées entre le préfet des Hauts-Plateaux et le roi Sokoudjou, Shanda Tonmé estime qu’ «il n’y a pas match entre un préfet et un chef de village. Le premier incarne l’État dans son ensemble alors que le second est l’émanation d’un pouvoir sectoriel, coutumière».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quotidien Mutations

Averti par le Conseil national de la communication, le quotidien Mutations se défend

Cabral Libii 1

Litige foncier dans la Vallée du Ntem : La solution se trouve dans le projet de société de Cabral Libii selon sa porte-parole