in

Samuel Eto’o rend hommage au Sultan Roi des Bamoun, Ibrahim Mbombo Njoya

Etopils

Le patriarche, autorité traditionnelle et homme politique disparu ce jour continue de toucher le cœur de ses compatriotes. Samuel Eto’o n’en est pas moins sensible.

Etopils
Samuel Eto’o & le Roi des Bamoun (c) Droits réservés

En Afrique, un vieillard qui meut, est comme une bibliothèque qui brûle. Décédé à l’âge de 84 ans ce 27 septembre 2021 en France, SM Ibrahim Mbombo Njoya reste gravé dans la mémoire des Camerounais. Mais comme aime à le dire l’anthropologue Dr Françaois Bingono, : « On ne lamente pas les grands hommes, on les célèbre », l’ancien capitaine des Lions indomptables a suivi cette voie dans une ode publiée sur sa page Facebook, à l’endroit du disparu.

 

Hommage à notre père : Sultan Ibrahim Mbombo Njoya.

Un voile de tristesse et d’émotion m’a saisi depuis l’annonce du décès de notre père : Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya, Sultan des Bamouns.

Avec la mort du monarque bamoun, notre pays a perdu un roi visionnaire qui était proche de son peuple, une bibliothèque et un tampon pour notre vie commune.

Mon affliction est aussi personnelle. J ‘ ai eu le privilège de boire à la source de l’immense sagesse de cet homme de paix.

Dans ma mémoire, il restera un père aimant et sage, un grand connaisseur de tout l’écosystème sportif africain en général et du Cameroun en particulier.

La mort du Patriarche lbrahim Mbombo Njoya est une énorme perte pour notre mouvement sportif, mais aussi pour le Cameroun dans sa diversité.

Je joins ma voix à celle du peuple camerounais qui pleure l’une de ses personnalités leader. Et je prie le Seigneur, notre Dieu, dans sa grande magnanimité, d’accueillir notre père, Sa Majesté Sultan Ibrahim Mbombo Njoya.

Samuel Eto ‘ o.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

colol

Eitel Mpoudi Ngolle, ce pionnier de la lutte contre le VIH/Sida qui s’en est allé pour l’éternité

BHr

Deux soldats tués et trois blessés à la suite des attaques de Sagme et Moskota à l’Extrême-Nord