in

Point de vue : « Comment Maurice Kamto, l’amateur du jeu de dames a ligoté et acculé Paul Biya, passionné du Songo »

Point de vue : « Comment Maurice Kamto, l’amateur du jeu de dames a ligoté et acculé Paul Biya, passionné du Songo »

Dans une analyse publiée ce 13 mai 2019, l’économiste camerounais Jean-pierre Du Pont explique comment l’opposant Camerounais Maurice Kamto a pu « mettre dos au mur » le pouvoir de Yaoundé, alors qu’il ne représentait pas grand-chose aux yeux de ses adversaires quelques mois avant l’élection présidentielle du 07 octobre 2018. 

                                           Point de vue : « Comment Maurice Kamto, l’amateur du jeu de dames a ligoté et acculé Paul Biya, passionné du Songo »
Capture Lebledparle

Comment Maurice Kamto , l’amateur du jeu de dames (damier ) a ligoté et acculé Paul Biya , passionné du Songo ( Awalé ) .

Si je devais conter , le Pr Maurice Kamto aux enfants de mes petits enfants , dans un siècle ou deux , je commencerais à peu près comme suit :

Maurice Kamto , c’est l’histoire d’un éminent juriste et professeur qui n’aimait pas le pouvoir , et encore moins ses attributs , pour ne pas dire oripeaux. Du moins pas dans sa version cynique , tel qu’il se pratique dans les dictatures éclairées des tropiques .

Profondément patriote , et humaniste , il accepta d’entrer au gouvernement de son pays , quand le potentat local vint à lui en faire l’offre . D’abord un tantinet hésitant , il se décida après mûre réflexion et consultation des siens , à franchir le rubicon, afin de toucher de près les mécanismes d’un système , qui opprimait depuis si longtemps ses concitoyens, et si possible de pouvoir contribuer à changer les choses de l’intérieur .

Au terme de sept et bonnes années, de loyaux services à son pays, l’homme fut contraint de constater la difficulté et la limite de l’exercice . Ayant bien observé les vices et la perversion du sytème , c’est lui qui mènerait désormais la danse .

Durant toutes les années passées , au gouvernement, il ne se départit jamais de la sobriété légendaire , de son train de vie . Lui proposait – on un logement de fonction , aux frais du contribuable camerounais? Il faisait valoir que , disposant déjà d’une maison à Yaoundé , il n’en voyait pas l’utilité , alors précisément que , plusieurs de ses compatriotes défavorisés couchaient à la belle étoile .

Virait – t- on dans son compte bancaire , une somme d’argent destinée à compenser ce logement de fonction ? Il retournait intégralement l’argent au Trésor , avec les mêmes arguments . Idem pour la voiture de fonction , et les bons d’essence qui vont avec . Car , dès son entrée au gouvernement, il n’a cessé de plaider en faveur de la réduction du train de vie de l’État . Et c’est là où il va devenir dangereux , pour les autres membres du gouvernement, puisque joignant le geste à la parole , lui-même continuait de rouler à bord de sa vieille Toyota 4* 4 Land Cruiser, désuète que les habitants de la ville de Yaoundé connaissent bien .

Traité au tout debut avec condescendance, voire mépris , par les pontes du régime , majoritairement de l’air ethnique Béti , en raison de son éternel sourire ,qui chez lui est signe de bienveillance, mais aussi de politesse , celui qui faisait du fait de la modestie de son bureau de ministre délégué, presque pitié , commence à faire peur, et à susciter des jalousies . Complètement désintéressé matériellement , et par les aspects extérieurs du pouvoir , on ne sait par quel bout le tenir . Sa table , et ce longtemps avant son entrée au gouvernement, est souvent ouverte aux parfaits inconnus .

Il n’est en effet pas rare , que le chef de l’État en personne , le fasse réveiller à des heures impossibles , pour quérir son avis , sur un dossier ne relevant pourtant pas de sa compétence directe , ou du moins de celle de son ministre de tutelle .

Dans l’intervalle , le Pr. Maurice Kamto a fait la connaissance d’un certain Christian Penda Ekoka, un Malimba sur diplômé. Cet ingénieur , formé dans les années 1970 , à l’école polytechnique de Montréal, est aussi titulaire d’un MBA ( Master in Business Administration) obtenu avec brio à l’université de Mc Gil, de la même ville . Revenu au Cameroun, il va tour à tour travailler à la Régie nationale des chemins de fer , et à la Société nationale d’investissement ( SNI) , avant de jeter l’éponge dans les années 1990 , pour monter sa propre boîte de Consultant international .

Mais si l’homme , un habitué des médias , n’était pas totalement inconnu de ses compatriotes, c’est véritablement en 2010 , que le grand public camerounais le découvrira , à la faveur d’un décret présidentiel , le nommant Conseiller technique , au Cabinet civil de la présidence de la République, d’où il partira au mois de mai 2018 , pour faire compagnonnage avec le candidat Maurice Kamto .

Mis au courant , du ticket que forment Kamto et Penda Ekoka , le président camerounais broie du noir . Car son ancien conseiller technique, avait comme Kamto , volontairement renoncé au logement de fonction , que l’État mettait à sa disposition, avec des arguments qui ressemblaient peu ou prou , à ceux avancés par l’ancien ministre .

Il n’y a que l’architecte , qui connaisse le plan de votre maison . Si vous vous brouillez avec lui , il indiquera vos voies d’échappatoire à vos ennemis .

Peu avant sa déclaration de candidature, le Pr Kamto va ouvrir des passerelles avec Marafa Hamidou Yaya, l’ancien secrétaire général de la présidence de la République, et ministre de l’administration territoriale, avec lequel il n’avait du reste jamais coupé les ponts . Par émissaires interposés , celui- ci depuis son bagne du SED , va lui fournir des indications précieuses à première vue banales , mais déterminantes pour la suite … Maurice Kamto, va trois mois avant l’élection présidentielle, exiger , et curieusement obtenir d’Elecam , la publication de tous les bureaux de vote . Par ailleurs, très bien renseigné, il sait désormais que , dans l’hypothèse où il existe 250 bureaux de vote , Paul et Biya et les siens , créent 1500 bureaux de vote fantômes, destinés à être bourrés le moment venu en sa faveur .

Elecam , qui a visiblement sous -estimé le pouvoir de nuisance de Kamto , lui a précipitamment donné gain de cause, dans sa requête concernant le nombre exact des bureaux de vote , sans en référer en haut lieu , mais aussi sans mesurer la portée exacte des effets collatéraux, d’une telle mesure .

Base légale de la revendication de la victoire de Kamto .

Tous les observateurs, des questions politiques camerounaises , n’ont qu’un seul mot à la bouche : mais sur quelle base légale , Maurice Kamto , qui a été onze ans durant ministre de la justice , et qui partant n’ignore pas que les résultats de l’élection présidentielle, n’interviennent pas avant quinze jours , revendique- t- il sa supposée victoire , un jour à peine après la tenue de l’élection ?

À question pertinente , réponse pertinente . Le Pr Kamto , dont les recommandations ont été très suivies , et soigneusement appliquées , par des militants et scrutateurs particulièrement disciplinés , disposait dès la fermeture des bureaux de vote , des résultats en temps réel , du fait de son propre logiciel des données . Car seuls les PV , signés par tous , faisaient foi .

Paul Biya , a donc perdu l’élection présidentielle, à cause de la négligence d’Elecam, qui n’aurait jamais dû publier l’intégralité du nombre des bureaux de vote . Quant à Marafa Hamidou Yaya , un vieux proverbe bantou dit : “ Quand ta femme connaît le moindre de tes secrets , tu ne la répudies pas . Sinon , tes ennemis en feront une alliée objectives . “

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Football : Les curiosités de la pré-liste de Seedorf en vue de la CAN Egypte 2019

    Football : Les curiosités de la pré-liste de Seedorf en vue de la CAN Egypte 2019

    ONU : la Réunion du Conseil de Sécurité ne porte pas exclusivement sur le Cameroun (Communiqué)

    ONU : la Réunion du Conseil de Sécurité ne porte pas exclusivement sur le Cameroun (Communiqué)