in

Paul Biya : « Nous devons rester fidèles à nos engagements nationaux et communautaires »

Le Cameroun abrite ce 17 mars 2023, le 15ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Biya Paul Cemac

Paul Biya, président en exercice de la 15e session ordinaire de la conférence des Chefs d’Etat a fait le bilan de sa mandature et tracer les perspectives pour l’avenir de l’organisation sous régionale.

Les défis de la CEMAC

Dans son discours, Paul Biya a reconnu les difficultés du développement de la CEMAC ces quatre dernières années avec la pandémie à Covid-19 et la crise Russo-Ukrainiène. Cette rencontre est donc l’occasion d’aborder les conséquences de cette guerre, ainsi que la rationalisation des deux communautés régionales économiques de l’Afrique centrale.

« En effet, notre volonté commune de promouvoir, de façon cohérente, le développement économique et social de nos pays, a fait apparaître la nécessité de la fusion de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC). Il en est de même de la réforme de certaines institutions communautaires, notamment la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), ou de la fusion des deux Bourses de la sous-région », ajoute le président Paul Biya.

Les difficultés de la CEMAC

Parmi les difficultés évoquées par le locataire d’Etoudi, il y a le problème d’intégration des personnes et des biens. « Le bien-être de nos peuples frères passe aussi par une intégration harmonieuse de nos économies nationales à travers la réalisation de nos projets structurants et intégrateurs. A cet effet, il nous faudra mettre l’accent sur la mise en œuvre de notre Programme Economique Régional de deuxième génération. Ce programme s’articule autour d’un portefeuille de douze projets intégrateurs prioritaires, susceptibles d’accélérer l’intégration physique et commerciale de la CEMAC. Il nous faudra également accélérer la mise en circulation du passeport biométrique CEMAC. Toutes ces actions vont favoriser un meilleur maillage de nos Etats, une circulation accrue des hommes et des biens, ainsi qu’une amélioration de la performance de nos économies », reconnait le Chef de l’Etat du Cameroun.

Pour approfondir :   Jean Bruno Tagne : "c'est bien Samuel Eto'o qui a dirigé la dernière séance vidéo, menaçant les joueurs"

A côté de ce problème, il y a celui de la sécurité. « L’une des menaces qui pèsent sur le développement de la CEMAC est bien entendu l’insécurité, causée par des groupes armés internes et transfrontières qui infestent notre sous-région. Leurs activités sont d’autant plus pernicieuses que l’une de leurs attaques a couté la vie à notre regretté frère, le Président Idriss DEBY ITNO. Elles obligent nos Etats à consentir d’énormes sacrifices en termes de dépenses de sécurité », poursuit le président en exercice sortant.

Pour approfondir :   Eric Yombi : « Le Niger est le dernier Bastion de la France en Afrique de l'Ouest »

Les Chefs d’Etat de la CEMAC doivent travailler pour solutionner ces problèmes et cela passe par le respect des engagements. « Nous devons rester fidèles à nos engagements nationaux et communautaires pour que la paix et le progrès reprennent droit de cité dans nos pays et dans notre sous-région. Pour cela, la solidarité doit être le maître-mot », précise Paul Biya.

Le président de la République du Cameroun, a cloturé son discours en déclarant officiellement l’ouverture des travaux de la conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC. Par la suite, il y a eu les décorations de certains responsables de la CEMAC et le début des travaux à huis-clos.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTISTES DISENT MERCI PAUL BIYA

[Opinion] Jean Crépin Nyamsi : « Les artistes camerounais sont pour ma part inutile »

Presentation1 2

La revue de presse camerounaise du lundi 20 mars 2023