in , ,

Fin de la grève de la faim pour l’ex-président Gabonais Ali Bongo

Ali Bongo, l’ancien président du Gabon, a mis fin à sa grève de la faim initiée le 14 mai dernier, comme l’a rapporté RFI le dimanche 30 juin. Cette action avait été entreprise en signe de protestation contre les conditions de détention de son épouse Sylvia et de leur fils Noureddin, tous deux emprisonnés. Leurs avocats avaient crié à la « séquestration » et dénoncé des « actes de torture ». L’inquiétude monte concernant leur bien-être, surtout avec l’approche des vacances judiciaires débutant le lundi 1er juillet.

Ali Bongo
Ali Bongo interrompt sa grève de la faim - DR

L’ancien président du Gabon, Ali Bongo, a mis fin à sa grève de la faim entamée le 14 mai dernier, selon les informations de Radio France Internationale de ce dimanche 30 juin. Cette protestation visait à dénoncer les conditions de détention de son épouse Sylvia et de leur fils Noureddin, incarcérés et victimes présumées de séquestration et de torture selon leurs avocats. L’inquiétude grandit quant à leur bien-être, notamment avec l’approche des vacances judiciaires commençant le lundi 1er juillet.

La grève de la faim a pris fin fin mai, juste avant la visite en France du président Brice Oligui Nguema le 28 mai. Un proche d’Ali Bongo a révélé que son entourage l’avait convaincu d’arrêter son jeûne après avoir constaté une perte de poids et une détérioration de sa mobilité. Bien que sa santé semble bonne après cette période de jeûne, l’ancien président a fait appel à un ancien kinésithérapeute pour des soins particuliers.

Pour approfondir :   Côte d’Ivoire : Le gouvernement sème le doute sur le retour de Laurent Gbagbo

Des sources bien informées laissent entendre qu’un accord entre Ali Bongo et les autorités actuelles aurait été conclu, ce qui est soutenu par le départ de ses fils Jalil et Bilal de la résidence familiale pour Londres, où ils rejoignent leur tante Léa. Ils bénéficient actuellement d’un soutien psychologique suite aux mauvais traitements subis, provoquant un état de traumatisme.

Pendant les vacances judiciaires jusqu’au 19 août, aucun entretien ni procédure judiciaire ne sera mené. Cela signifie que Sylvia et Noureddin Bongo ne pourront pas consulter leurs avocats pendant cette période, restant isolés et abattus en détention malgré une lettre du ministre de la Justice.

Pour approfondir :   Cameroun : Narcisse Mouellè Kombi repris par un ouvrier sur le site d’Olembé

L’enquête judiciaire se poursuit avec des investigations sur la moralité et des vérifications des CV en cours, laissant présager une possible conclusion prochaine de la procédure. Cependant, la juge en charge de l’affaire a précisé qu’il restait encore des confrontations et des auditions à mener.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Brenda Biya lesbienne

Brenda Biya « officialise » sa relation amoureuse avec une femme

cameroun coronavirus la psy 1069308880 yaounde carrefour poste

Yaoundé : Un maçon retrouvé mort chez un colonel, sa famille dévastée exige une enquête