in

Patrice Neveu fustige l’arbitrage du match Burkina Faso-Gabon : « Il y a eu un manque de clarté et d’honnêteté »

Neveu Pat

Fin de l’aventure pour le Gabon, sorti par en 8es de finale par le Burkina Faso. A la fin du match, le sélectionneur Patrice Neveu a tiré les leçons de cette élimination non sans questionner l’arbitrage.

Neveu Pat
Patrice Neveu (c) Droits réservés

« Je pense que si nous étions restés à 11 sur le terrain, ce serait un tout autre match », a laissé d’emblée Neveu en conférence de presse d’après match. « Mes joueurs ont beaucoup compensé sur les actions de jeu pour maintenir un équilibre d’équipe. J’ai tout fait pour ramener du sang neuf pour perturber la défense burkinabé. Mais il y a eu des distributions de cartons jaunes. Ça manque de clarté, ça a manqué d’honnêteté. Après il faut féliciter le Burkina Faso pour sa qualification. Nous on va rentrer au Gabon la tête haute parce que mes joueurs n’ont rien lâché jusqu’au bout malgré toutes les difficultés qu’on n’a eu et toutes les embûches qu’on a voulues nous mettre aussi. Jusqu’à maintenant moi je me suis tue », a-t-il analysé.

« On n’a pas totalement récupéré du match contre le Maroc »

« Non par rapport à l’engagement de mes joueurs. Je pense qu’on n’aurait pu mieux rentrer dans cette rencontre. On a été un peu surpris. Certains de mes joueurs n’avaient pas totalement récupéré de la rencontre face au Maroc, après on n’a voyagé également. On a tout fait pour garder un certain niveau de jeu, à un moment on était en rupture. Oui le Burkina Faso a eu beaucoup d’occasions mais je pense que si nous avions pu jouer à fond ces actions avec beaucoup plus de lucidité, on aurait pu finir le match avant. Oui c’est regrettable de perdre le match au penalty mais il ne faut accuser personne, c’est un groupe qui est arrivé, c’est un groupe qui repart », nuance le sélectionneur pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Biloar

Voici les noms des victimes identifiées de l’incendie survenu au complexe culturel Livs à Bastos

Burkina Faso : Le président Roch Kaboré détenu par des soldats mutins