in

Moussa Njoya : « La bureaucratisation est le problème de la société Camerounaise »

Moussa Njoya

Le politologue et auteur a été l’invité de « Sacré matin » sur radio Balafon le lundi 25 septembre 2021. Il s’est exprimé sur la question de l’élite au Cameroun, de la situation des médecins, de la succession de Paul Biya et de la célébration de la vie du feu Sultan Ibrahim Mbombo Njoya.

Moussa Njoya
Njoya Moussa sur Radio Balafon – DR

 La vraie élite

Dans l’imaginaire populaire, ce sont ceux qui occupent les hautes fonctions politiques et administratives qui constituent l’élite. Njoya Moussa s’inscrit en faux contre cette perception et clarifie la question. « La vraie élite, ce ne sont pas les présidents, ministres, politiciens, etc. Les élites ce sont les ingénieurs, les artistes, les créateurs. La bureaucratisation est le problème de la société Camerounaise », déclare l’analyste politique sur sacré matin.

Moussa Njoya sur Sacré matin pense que l’élite politique actuelle du septentrion n’est pas légitime pour porter les doléances des populations. « L’élite du Nord ne vit même pas au Nord… Elle est Mal placée pour porter Les revendications de la base. Les populations sont avancées politiquement. Le débat de tribu est plus entretenu par Les hommes politiques », ajoute le spécialiste de sciences politiques.

Pour approfondir :   Cameroun : Depuis la prison, Maurice Kamto et ses alliés accusent le pouvoir de vouloir les éliminer avant les élections

Moussa Njoya pense gênant d’affirmer la prochaine direction au grand Nord. « Lorsque Guibaï Gaitama pense que le pouvoir doit revenir au Nord, c’est très gênant. Retour du pouvoir au Nord, c’est une pause intellectuelle pour ceux qui prônent cela », martèle l’écrivain.

Avec l’avènement du conseil régional, le consultant média s’interroge sur l’opportunité des rencontres fraternelles  du Sud. « S’il faut encore faire des rencontres fraternelles pour résoudre des problèmes. À quoi sert le conseil régional ? Mais si on adapte ce type de rencontres à tous, où les élites s’expliquent désormais devant la base ça peut encore passer », poursuit-il.

L’auteur du  livre Ibrahim Mbombo Njoya, Le Cameroun, Les Bamoun Et Moi, annonce une prière par rapport à la mémoire du défunt Sultan des Bamoun. « Le 27 octobre prochain aura lieu la 1ère prière à la mémoire de sa majesté Mbombo Njoya décédé et cela coïncide avec sa date de naissance puisqu’il est né le 27 octobre 1937. Le Noun n’est pas uniquement composé de Bamoun. Il y’a les Tikar, les Bororos… », indique Moussa Njoya.

Pour approfondir :   Affaire Amadou Vamoulké : Le tribunal renvoie pour la 19ème fois le procès

Pour Njoya Moussa, « Un vrai médecin ne chôme pas. Il ne bagare pas pour entrer dans la fonction publique. Un médecin qui chôme c’est la bêtise ».

L’invité de Cyrille Bojiko, Emmanuel Koko et Blanche Bitga dénonce l’esclavage dans les mines de l’Est. « Les plus grands esclavagistes dans les mines à l’Est sont des gars de l’Est même… La politique basée sur la tribu est une fumisterie », martèle-t-il.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

carelle ntolo

Miss Cameroun 2022 : Une candidate démissionne et dénonce les pratiques exotériques entretenues au sein du Comica

Cabroli

Cabral Libii : « On n’ a pas besoin d’être dans la suite d’un Ministre en visite dans un stade, pour constater que celui-ci n’est pas prêt »