in ,

Lutte contre le tribalisme : un homme politique demande à Lady Ponce, André Marie Talla, Grâce Decca et Kareyce Fotso de composer une chanson

Le président du MPDR Shanda Tomne invite les artistes a apporté via la musique, leur pierre à la construction de l’unité nation de plus en plus en mal au Cameroun.

Talla Andre

Dans une lettre ouverte aux artistes publiée le samedi 27 mai 2023, Shanda Tomne, président du MPDR (Mouvement pour la Démocratie et la Renaissance), a lancé un appel aux artistes camerounais pour contribuer à la construction de l’unité nationale. Inspiré par une chanson américaine sur la faim dans le monde, il a proposé aux artistes de composer et de chanter une chanson intitulée « Nous sommes le Cameroun ». Pour Shanda Tomne, la musique a un pouvoir unificateur et peut aider à atténuer la montée de la haine tribale au Cameroun. Dans sa lettre, il encourage les artistes à se rassembler et à utiliser leur voix pour diffuser ce message d’urgence. Selon lui, cette chanson pourrait pénétrer dans les esprits, les foyers, les cœurs, les familles, les villes et les villages, et façonner ainsi le destin collectif du pays.

Pour approfondir :   Douala : Un incendie fait 04 morts au quartier Ngodi Akwa

Les tensions de Sangmélima à l’origine de cette initiative

Cette initiative survient dans un contexte marqué par les récentes tensions communautaires à Sangmelima, où les ressortissants Bamoun et les autochtones Bulu se sont affrontés, accusant un membre de la communauté Bamoun d’avoir jeté un sort à l’un des leurs. Face à ces tensions, Shanda Tomne croit fermement que les artistes ont un rôle essentiel à jouer pour apaiser les tensions et promouvoir l’unité nationale. Parmi les artistes sollicités par le président du MPDR figurent des figures bien connues de la scène musicale camerounaise, telles que Lady Ponce, André Marie Talla, Grâce Decca et Kareyce Fotso. Leur participation est attendue pour donner vie à cette chanson et diffuser un message fort d’unité et de fraternité. Cette initiative de Shanda Tomne et l’engagement des artistes sollicités témoignent de l’importance de la musique comme un outil puissant pour le changement social et la promotion de l’unité. En espérant que cette chanson rassemblera les Camerounais autour de valeurs communes, il reste à voir comment cette initiative se concrétisera et quelle sera son impact sur la société camerounaise.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du jeudi 14 septembre 2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Benguiste

Venu au Cameroun pour la première fois, il disparait à Kribi

Abaa oyono

Pr Jean Calvin Aba’a Oyono : « C’est honteux qu’à 2 reprises les mêmes évènements se passent dans la ville du Chef de l’Etat »