in

La revue de presse camerounaise du mercredi 7 juin 2023

Très chers abonnés, bonjour et bienvenus à cette autre édition de la presse. Comme tous les matins, nous vous livrons la quintessence des informations disponibles dans les kiosques ce matin au Cameroun.

mercredi 7 juin 2023

Cet exercice ce matin s’ouvre sur l’hebdomadaire La Voix Des Entreprises de Raphaël Mforlem qui revient sur la deuxième édition des Journées internationales des Communes (Jeicom). D’après ce confrère, « près de 48 mois après la tenue de la 1ère, Yaoundé a abrité pour la seconde fois ce grand moment de retrouvailles et de partages du 1er au 3 juin 2023, au Palais des Congres ». Pour en savoir davantage sur cet évènement qui a réuni les CTD, opérateurs économiques, entreprises nationales et internationales, retrouver le journal disponible ce matin.

Le journal Repères nous apprend que la régie du patrimoine immobilier met le cabinet Atou hors-jeu au port autonome de Douala. « Au cours de la 110e session de son Conseil d’administration, le Port autonome de Douala (PAD) a décidé de créer une entité qui sera chargée de gérer son patrimoine immobilier d’une contenance superficielle de 20ha 77a 39ca, comprenant 23 propriétés immatriculées, dont 22 bâties dans la ville de Douala et une non bâtie à Yaoundé, y compris tous les actifs résiduels l’ex-ONPC », peut-on lire

Parlons à présent du discours de haine avec le journal du comité central du RDPC, L’Action. Le journal renseigne que le secrétaire général de cette formation politique, Jean Nkueté dans un communiqué signé le 5 juin dernier, exhorte les militants, sympathisants et amis du Rdpc, ainsi que les compatriotes de bonne volonté à redoubler de vigilance et de perspicacité afin de contrecarrer et d’annihiler ces fléaux.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du lundi 19 juin 2023

Le quotidien Échos Santé, présente le Dr Joséphine Briand K comme étant la une nouvelle trouvaille dans le cadre de la prise en charge des diabétiques au Cameroun. Pour cause, elle vient de mettre sur pied, le Diaabeton glucose regulator qui est un médicament de catégorie 1, pour accompagner la prise en charge des diabétiques au Cameroun. Selon le Dr Joséphine Briand K, le Diaabeton a pour rôle de déstocker l’excès de sucre dans le sang.

Commerce extérieur, la balance commerciale du Cameroun toujours déficitaire en 2022. C’est l’information que révèle le quotidien de L’Économie parution de ce 7 juin. Notre confrère cite l’évaluation faite par l’institution de la statistique dans son rapport sur les comptes nationaux au 4e trimestre de l’année dernière.

Les quatre élèves auteurs de l’incendie du Lycée d’Ayos, aux arrêts. Les présumés délinquants de la classe de 2nde A4 Espagnol, moyenne d’âge 16 ans, ont été interpellés, le 4 juin, par des éléments des forces de sécurité de l’arrondissement éponyme. Mécontents de n’avoir pas, apprend-on, pu être admis en classe supérieure, ils auraient entrepris, le 1er juin dernier, de mettre du feu dans un bureau contenant bulletins et actes de naissance, entre autres. Le récit est à lire dans les colonnes d’InfoMatin de ce matin.

Pour approfondir :   Cameroun : l’Université de Dschang a produit 109 docteurs en 2018

Comme convenu lors de l’audience que lui a accordé le ministre de la Santé publique le 24 mai dernier à Genève en marge de l’Assemblée générale de l’organisation mondiale de la Santé, le Grand hospitalier de l’Ordre souverain hospitalier et militaire de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte séjourne depuis quelques jours au Cameroun. Kamaroes News fait le point de cette visite.

Le quotidien Mutations par de la sécurité alimentaire. Après les échanges autour de l’exposé du Mincaf, aux Journées économiques internationales des communes à ce sujet, le Directeur des Domaines pousse la réflexion plus loin. C’est à lire en kiosque.

Cameroon Tribune parle de la grande mobilisation autour de la lutte contre les discours de haines. Selon le quotidien national, aux initiatives des pouvoirs publics se greffent des actions énergiques d’acteurs de la société civile, de l’université et des partis politiques entre autres. Objectifs : encercler et étouffer ce fléau à travers des campagnes de sensibilisation, des meetings et des sanctions lorsque cela s’impose.

Très chers abonnés, merci d’avoir été des nôtres. Prenons rendez-vous demain pour une autre édition de la revue de la presse.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Justine

Justine dénonce des pratiques mondaines et quitte 4 mariages pour une lune de miel

Me Amede Touko

[Tribune] Le tribalisme au Cameroun : sortir de l’irresponsabilité