in

La revue de presse camerounaise du mardi 9 avril 2024

Très chers abonnés, bonjour et merci de nous renouveler une fois de plus votre confiance ce matin, dans le cadre de cette revue de la presse matinale. Retrouvez ci-dessous, les informations telles que traitées dans les journaux parus en kiosque ce 9 avril 2024.

Revue de presse ce matin

Econews parle du nouveau secrétaire général à la Cobac et se demande si c’est un « simple pion » ou « un véritable maître d’œuvre ». À l’heure où la zone Cemac se confronte à une multitude de défis économiques et sécuritaires, fait remarquer le journal, la nomination aujourd’hui à Bangui du prochain Secrétaire général de la Cobac revêt une importance capitale. Le chantier de réformes inachevées, l’expansion du secteur bancaire et la lutte contre le blanchiment d’argent exigent un leadership fort et visionnaire. Sauvera-t-il la Cobac d’un simple succès ou insufflera-t-il un véritable renouveau ? Le journal propose une analyse en page 7.

Dans le secteur des Télécommunications, l’on apprend ce matin de La Voix des Entreprises que Starlink a été « frappée d’une interdiction pour fraude ». Selon le bihebdomadaire, le ministère des Postes et Télécommunications demande à l’entreprise américaine de suspendre ses services d’internet par satellite dans le pays. Dans une décision prise le 4 avril 2024, Minette Libom Li Likeng affirme que Starlink « viole la législation camerounaise en fournissant des services Internet sans autorisation ». Lire les détails en page 2 du journal.

Conjoncture Économique parle plutôt des « satellites problématiques d’Elon Musk ». Selon le journal, en demandant au groupe américain SpaceX de suspendre ses services d’internet par satellite, Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications, invoque comme raison l’utilisation illégale, sans autorisation, des kits Starlink au Cameroun et met en avant le risque pour la sécurité des données personnelles.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du jeudi 21 décembre 2023

Parlons de l’identification des cartes SIM. Selon InfoMatin de ce matin, le gouvernement a donné 60 jours aux opérateurs Orange et MTN pour se conformer. L’ultimatum leur a été servi par le ministre de l’Administration territoriale lors d’une réunion qu’il a présidé le 8 avril 2024 à Yaoundé, en présence du directeur général de l’Antic. Pour Paul Atanga Nji, le laxisme de ces opérateurs de téléphonie mobile dans le processus d’identification permet aux terroristes mobiles d’utiliser des puces non identifiées pour demander des rançons.

Mutations parle de la même actualité dans ses colonnes ce matin et précise que l’ultimatum donné à ces deux entreprises concerne les abonnés des régions en crise, compte tenu des dérives constatées.

Rentrons de plain-pied dans la tanière des Lions Indomptables. Selon le journal La Météo, en détournant à son avantage des propos du chef de l’État contenus dans son adresse à ses jeunes compatriotes le 10 février au soir, le ministre des Sports et de l’Éducation physique, visiblement animé par le seul et unique souci de régler des comptes, vient de violer de la manière la plus évidente la procédure qui conduit à la nomination d’un staff technique. « Le bon sens et les textes derrière, la haine et la vengeance devant, l’homme qui crée des problèmes partout vient, selon l’avis de plus d’un observateur, de pousser le bouchon trop loin », peut-on lire.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du vendredi 12 avril 2024

Malgré les contestations, l’ère Brys est déjà ouverte. En kiosque ce matin, le quotidien national Cameroon Tribune fait savoir que le technicien belge et son staff nommés le 2 avril dernier ont officiellement pris leurs fonctions lors d’une cérémonie présidée par le ministre des Sports et de l’Éducation physique hier à Yaoundé. Le contrat de Marc Brys court sur deux ans et demi, renouvelables, avec pour objectif à court terme de qualifier l’équipe pour la Coupe du monde 2026 et la CAN 2025.

Le Point nous plonge dans le sérail pour parler de Ferdinand Ngoh Ngoh. Selon que le journal explique, le secrétaire général de la présidence de la République semble faire face stoïquement aux nombreuses critiques dont il est l’objet. L’homme au cœur des affaires de la République peut-il prouver son innocence aux Camerounais ? Nourrit-il véritablement des ambitions présidentielles ? Connaîtra-t-il le même destin que ses prédécesseurs ? Le journal Le Point dans une analyse tente de donner une réponse à chacune de ses interrogations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bamboutos Vs Union de Douala

Les mesures de protection des mineurs dans les applications mobiles de paris sportifs : La nécessité de garantir une expérience responsable

Mahamat Idriss Déby, nouvel homme fort du Tchad (c) Droits réservés

[Opinion] Les camps de réfugiés au Tchad : une plateforme de manipulation de la situation sécuritaire ?