in

La revue de presse camerounaise du jeudi 20 juin 2024

Très chers abonnés, bonjour et merci de nous renouveler une fois de plus votre confiance ce matin, dans le cadre de cette revue de la presse matinale. Retrouvez ci-dessous, les informations telles que traitées dans les journaux parus en kiosque ce 20 juin 2024.

Revue Mbala

Paul Biya offre une ambulance médicalisée aux pèlerins du Hadj 2024. A en croire Le Soir de ce matin, un véhicule flambant neuf répondant aux normes internationales a été mise à leur disposition pour la prise en charge sanitaire d’urgence. L’appareil a officiellement été remis aux représentants des pèlerins camerounais à Médine, dans le cadre du Hadj 2024, apprend-on.

Dans son point de ce matin, le bihebdomadaire Le Point s’intéresse au trafic aérien, et revient notamment sur les dénonciations du patronat camerounais faites à l’endroit de la compagnie aérienne française, Air France. « Vétusté des appareils, hausse constante du prix des billets d’avion, qualité déplorable du service clients, irrégularités de toute sorte, la compagnie aérienne française est en pleine turbulence. La sortie de Ngallé Bibehe, vient comme pour confirmer la peur du Gecam et des Camerounais. Et du coup, malmenés et exploités, les « Continentais » dénoncent une tromperie sur la marchandise et l’offre », peut-on lire.

La création des grandes entreprises stagne au Cameroun, nous apprend ce matin le quotidien L’Economie. Les statistiques comptant pour l’année 2023 récemment été publiées, sont à lire en page 3 du journal en kiosque ce matin.

« Commande publique : Le rôle de la Cdec dans le cautionnement des marchés publics », c’est l’information à lire dans les colonnes de Le Financier d’Afrique dans son édition en kiosque. En effet, explique-t-il, dans une lettre circulaire signée le 5 juin 2024, le ministre délégué à la présidence de la République chargé des marchés publics définit les modalités de cautionnement, de consignation et de conservation de cautionnement dans le cadre de la commande publique.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du mardi 1er août 2023

Le quotidien à capitaux publics parle de la production des cartes d’identité en 48 heures, et annonce que « le chantier est ouvert ». Le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguele, a posé la première pierre du centre de production des titres identitaires de Yaoundé hier, au quartier Etoudi. Des travaux similaires, qui ont également démarré à Douala et Garoua, vont bientôt permettre aux citoyens d’obtenir leur carte nationale d’identité en un ou deux jours, peut-on lire.

Le journal de Georges Alain Boyomo Mutations nous plonge dans le sérail pour parler des « dossiers dormants ». Selon le constat fait par notre confrère, le Conseil supérieur de la magistrature, remaniement ministériel, opération épervier, crise Minsep – Fecafoot, sont entre autres questions brûlantes qui interpellent le chef de l’État.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du jeudi 30 mai 2024

« Scandale au Port Autonome de Kribi : Quand le Sectarisme et le népotisme dictent leur loi », titre le journal Libération Plus. Selon ce qu’on peut lire en sa page 3, le personnel du Port en eaux profondes de kribi « vit un véritable calvaire adossé sur l’incompétence et le régime d’une église réveillée où tous les adhérents bénéficient des postes de responsabilité aux détriments des employés compétents ». 

Covid 19/Paludisme/Vih-Sida/Tuberculose : Le rapport accablant du Fonds mondial. D’après le quotidien bleu, le principal bailleur de fonds du gouvernement annonce une réduction des financements. « Des dépenses suspectes et le non-respect des engagements financiers en sont les causes », apprend-on du quotidien Le Jour.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ville Bamenda

Bamenda : Les séparatistes activent la répression des taximen « non conformes »

image051 malachie

Lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/Sida : Le Minsanté contraint de payer près de 700 Millions de dépenses « non-conformes » au Fonds mondial